VIDÉO. Des adolescents restaurent la Citadelle de Besançon lors d'un camp chantier-patrimoine

durée de la vidéo : 00h02mn01s
La Citadelle de Besançon accueille des jeunes volontaires pour un chantier de rénovation du patrimoine. ©Elisabeth Braconnier / David Martin / Violette Martin

Pour la 7e année consécutive, la Citadelle de Besançon accueille des jeunes volontaires pour un chantier de rénovation du patrimoine. Organisé par l'association Le Club du Vieux Manoir, ce camp d'été est l'occasion pour ces jeunes de 14 à 18 ans de découvrir un monument et son histoire.

Ils ont décidé de passer une partie de leurs vacances d'été sur un chantier un peu particulier. Pendant deux semaines, des adolescents rénovent la Citadelle de Besançon. Comme chaque été, l'association Le Club du Vieux Manoir organise ces chantiers au coeur des plus beaux monuments. "Un camp chantier-patrimoine, c'est quinze jours de vivre ensemble dans un monument. L'idée c'est de restaurer avec des adolescents un monument historique, en l'occurrence ici la Citadelle, qui est classée à l'UNESCO. Donc c'est d'autant plus intéressant pour nous d'y intervenir", explique Paloma Defert, directrice du camp-chantier de la Citadelle, au micro de notre journaliste Elisabeth Braconnier. 

Tous s'impliquent pour redonner un coup de neuf à la Citadelle : restauration des murs de pierre, désherbage et nettoyage, les tâches sont variées. Pour François, jeune volontaire parisien de 14 ans, c'est la découverte d'un travail minutieux sur les pierres du moulin : "Sur ce mur, on est en train de gratter les joints qui ont été faits auparavant avec du ciment. Donc là on les enlève et on va les remplacer par du mortier."

Pour certains, c'est une première expérience réussie. "C'est super sympa parce qu'il y a une bonne ambiance entre nous. Il y a plusieurs chantiers donc c'est varié, nous pouvons exercer plusieurs activités dans la journée", raconte Elena, une volontaire jurassienne de 15 ans, venue avec sa cousine. Pour d'autres, comme Corian, Bisontin de 17 ans, le camp-chantier est presque devenu un rituel : "C'est la cinquième année que je reviens ici. J'ai aimé l'ambiance du premier camp auquel j'ai été un peu obligé de participer. Ça fait cinq années que j'aime autant."