• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Conséquence de la sécheresse en Franche-Comté : des veaux vendus au prix d’un paquet de cigarette

Des veaux laitiers sont vendus 10€ sur le marché : les éleveurs bradent les prix car nourrir les bêtes en période de sécheresse coûte trop cher. / © Julien Mattia / Le Pictorium / Maxppp
Des veaux laitiers sont vendus 10€ sur le marché : les éleveurs bradent les prix car nourrir les bêtes en période de sécheresse coûte trop cher. / © Julien Mattia / Le Pictorium / Maxppp

La sécheresse qui s’installe coûte cher aux agriculteurs : en l’absence de pâturages, ils  doivent acheter de la nourriture pour leurs bêtes. Certains préfèrent les revendre pour en avoir moins à nourrir cet hiver. Mais cette arrivée importante de bêtes sur le marché casse les prix.
 

Par P.S. avec C. E-Z.

« On croyait qu’on allait avoir un pâturage d’automne, que les pluies arriveraient fin août-début septembre et aujourd’hui on est fin septembre et toujours aucune pluie n’est arrivée », regrette Christian Baverey, agriculteur à Viéthorey et responsable des Jeunes Agriculteurs pour le canton de Rougemont (Doubs).
https://youtu.be/u8CJ0LhxNTs
Intervenants : Christian Baverey, agriculteur // Christophe Chatras, agriculteur // Fabrice Simonin, éleveur // Thierry Chalmin, président de la chambre d'agriculture de Haute-Saône Reportage : Catherine Eme-Ziri , Fabienne Le Moing

En Franche-Comté, les réserves de nourritures pour le bétail sont déjà presque vides. Conséquence du manque de pluie : les éleveurs sont contraints de nourrir leurs bêtes depuis mi-juillet, les champs sont à sec.
 

Des réserves de nourriture qui manquent

Les récoltes de maïs, soja, blé, orge avoine ont été diminué de moitié cette année par rapport aux années précédentes. Les agriculteurs doivent dès maintenant acheter de quoi nourrir leurs vaches cet hiver. La facture est salée : « Pour un troupeau de 75 vaches laitières sur notre zone, on va devoir dépenser environ 15 000€ », détaille Christophe Chatras, agriculteur.

Pour avoir moins de bêtes à nourrir cet hiver et faire entrer un peu de trésorerie, certains producteurs de viande préfèrent vendre une partie de leur troupeau.



Les prix dégringolent

« Il y a un surplus de bêtes « maigres » sur le marché, ce qui fait que les cours ont chuté sur cette catégorie de bêtes. Les bêtes grasses ne se tiennent pas trop mal », explique Fabrice Simonin, éleveur. Lui, a fait le choix de ne pas vendre ses vaches. Mais d’autres n’ont pas eu le choix. Et les prix dégringolent : « les veaux laitiers se commercialisent pour le prix d’un paquet de cigarette. C’est-à-dire à peu près dix euros. C’est une situation inédite que je n’ai jamais connue », souligne Thierry Chalmin, président de la chambre d'agriculture de Haute-Saône.

En moyenne, le prix de la viande a déjà chuté de 15 %. Pour les professionnels, cette baisse n'est qu'un début

Et aucun risque de pluie dans le ciel. Pourtant, l'eau serait bien nécessaire pour les céréales d'automne qui devraient être semées en ce moment.
 

Sur le même sujet

Saulieu : la basilique Saint-Andoche souffle ses 900 bougies

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer