Coronavirus : les postiers du Doubs sont-ils suffisamment protégés ? Non, estime un syndicaliste

Alors que l’épidémie ne cesse de progresser, le syndicat Sud PTT 25 estime que les mesures prises par la direction de La Poste ne sont pas à la hauteur pour garantir la sécurité des employés et des clients.

Les facteurs face à l'épidémie de coronavirus
Les facteurs face à l'épidémie de coronavirus © SYLVIE CAMBON - maxPPP
Attroupements dans les huit bureaux de postes encore ouverts dans le département, non respect de la distance d’un mètre entre deux personnes ou manque de masques pour le personnel, le syndicat Sud PTT 25 dénonce l’insuffisance des mesures prises pour assurer la sécurité des agents et des clients par la voix de Julien Juif, son secrétaire. Interview réalisée mardi 17 mars.


Alors qu’à Grenoble, notamment, des facteurs exercent leur droit de retrait, est-ce également le cas dans le Doubs ? 


« Pour l’instant et ma connaissance, personne ne l’a fait dans le Doubs. C’est le cas dans beaucoup d’établissements maintenant en France qui utilisent le droit de retrait car ils estiment qu’ils n’ont pas une protection nécessaire pour pouvoir travailler de manière convenable. On reçoit beaucoup d’appels très angoissés des postiers. Très inquiets. Pour Sud PTT, il est complètement inadmissible, par exemple, que des postiers continuent à entrer chez les usagers. On nous dit qu’ils devraient être équipés d’un masque et de gants. On sait très bien qu’un masque c’est toutes les deux heures or il y a un manque cruel de matériel et même dans les hôpitaux. Autre problématique que l’on a : ce sont tous les facteurs et factrices qui livrent tous les jours des recommandés, des colis sur signature. Là, on a une procédure qui est infaisable : on arrive devant chez l’usager, et on téléphone à la personne pour savoir si elle est en accord pour qu’on lui mette une procuration et pour que le facteur signe à sa place et qu’on mette le colis dans la boîte aux lettres ou alors qu’on sonne à sa porte et reculer d’un mètre ce qui est difficile à mettre en place. Nous, ce que l’on souhaite c’est que les factrices et les facteurs ne soient plus obligés d’aller au contact des usagers pour la protection de tout le monde. On devrait avoir un accord de la poste pour que tout ce qui peut être mis dans la boîte aux lettres le soient mais directement compte tenu des circonstances avec cette épidémie. Il faut absolument limiter tous les contacts. »

Ce mercredi 18 mars, la situation évolue. Selon Julien Juif, les facteurs de Pierrefontaine-les Varans dans le Doubs ont exercé leur droit de retrait.


La protection des employés et des usagers en question


Les agents de la poste sont-ils en danger ? 

« Moi, j’estime que oui », affirme Julien Juif, de Sud PTT 25. « Avec les gestes barrières, normalement, on ne devrait pas avoir de concentration de personnes dans un même lieu de travail. A la Poste, on s’est très bien pour l’instant qu’il y a plein de personnes qui prennent leur poste à la même heure. A Besançon, certains travaillent très proches les uns des autres. Il n’y a pas les distances de sécurité. Il n’y a pas non plus le matériel de sécurité. Si je prends comme exemple, celui des guichets de poste : il n’y a aucune protection pour les travailleurs. Il faudrait aussi demander aux usagers d’être raisonnables et de ne pas rentrer tous en même temps dans les bureaux de postes, il faudrait faire comme ça se fait en ce moment dans les pharmacies. Assurer un service public minimum, nous sommes d’accord mais avec le système de protection et la règlementation respectés. »


Manque de communication vis-à-vis des postiers


Que vous répond la direction de la Poste ? 

« Oui, il faut respecter ça (les mesures préconisées par le gouvernement) nous dit un responsable de Franche Comté et si ce n’est pas le cas, les postiers sont en droit de ne pas effectuer leur travail. Or, la plupart des postiers se retrouvent désormais dans des petits bureaux, comme il y a eu beaucoup de fermetures. Et il y a un manque crucial de communication et surtout de matériel. On ne pourra donc pas assurer cette mission de service public minimum encore bien longtemps, si on arrive pas à protéger l’ensemble des employés. Et si ce n’est pas le cas, les employés on le droit d’exercer leur droit de retrait y compris si on doit assurer une mission de service public. A ce titre, c’est assez hypocrite de nous parler de mission de service public alors que des pans entiers de la poste ont été privatisées ces dernières années par les gouvernements successifs. »


Voici les mesures mises en place par La Poste

Sollicitée par France 3 Franche-Comté, la Poste nous explique prendre les mesures sanitaires nécessaires pour contribuer à ralentir la propagation du virus, tout en s’organisant pour rendre les services indispensables à la société. "Un plan de continuité d’activité permet de poursuivre le déploiement de nos services, dans des conditions respectueuses de la santé de nos facteurs (en respectant les mesures barrières) et avec des adaptations dans les process (plus de signature des objets contre signature, le facteur envoi un sms à son client qui fait preuve de signature par exemple). Nos agents sont informés quotidiennement par leurs managers avec une actualisation permanente et les bons gestes de prévention sont affichés en rappel dans tous les espaces de travail. Nous soulignons l’engagement de nos agents sur le terrain, mobilisés, attachés aux missions de service public de La Poste, engagés et prêts à s’adapter dans ce contexte sanitaire exceptionnel."
 
Les mesures barrière qui sont imposées  :
 
Avec les clients

-          Une distance minimale de un mètre de courtoisie avec les clients + le port de masque est préconisé pour toutes les prestations de proximité, conformément aux dispositions de l’ARS (c’est-à-dire visite de personnes âgées ou cas de suspicion d’un agent – toux fièvre).
-          Un mètre de courtoisie dans les files d’attente est préconisé
-          Pas plus de 5 personnes dans les espaces clients. File d’attente à l’extérieur ensuite.
-          Pour les objets remis contre signature, une procédure dérogatoire est mise en place. Elle comporte une distribution au destinataire sans recueil de signature et avec formalisation de son consentement par sms.
-          Masques pour les visites Veiller sur Mes Parents
-          Gel hydro alcoolique pour se laver les mains autant que nécessaire
-          Mise à disposition de lingettes désinfectantes pour nettoyer le matériel (smartphone, stylo…)
-          Prestations ménage complémentaires dans les espaces LA POSTE
 
En interne entre collègues
-          Gel hydroalcoolique
-          Mètre de courtoisie entre chaque agent lors des travaux intérieurs par exemple, y compris avec nos sous-traitants (des marquage au sol sont réalisés devant chaque position de travail pour délimiter la zone sécurisée)
-          Pas de co-voiturage entre agents pendant le service
-          Masques pour les agents suspects (toux / fièvre)
-          Prestations ménage complémentaires dans les espaces LA POSTE
-          Limitation des prises de repas sur sites de travail.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société économie