Covid-19 : vers un couvre-feu dans le Doubs, fin de semaine prochaine, à "95%" selon le préfet

Le préfet Joël Mathurin a annoncé ce jeudi, en réunion avec les cafetiers et les restaurateurs du Doubs, qu'un couvre-feu serait imposé dans son département à la fin de la semaine prochaine. Une information "sûre à 95%", selon le préfet du Doubs. Détails. 

Joël Mathurin, le préfet du Doubs.
Joël Mathurin, le préfet du Doubs. © Lionel VADAM/MAXPPP
Les gérants de débits de boisson et restaurateurs du Doubs faisaient grise mine jeudi soir. "C'est maintenant ou jamais si vous voulez boire un coup !" pouvait-on entendre en franchissant la porte de certains bars.

Il faut dire que les nouvelles annoncées par le préfet du 25, en réunion avec les cafetiers jeudi à 17h, ne sont pas bonnes. Officiellement, le département du Doubs n'est pas encore en alerte maximale et n'est donc pas concerné par un couvre-feu et une fermeture des débits de boissons. 54 départements y sont soumis, comme l'a annoncé le gouvernement, jeudi 22 octobre. 

Pourtant, Joël Mathurin, préfet du Doubs, l'a annoncé aux gérants de bar et aux restaurateurs, notamment aux membres de l'association bisontine BBRBU (Bars Boites Restos de Besac Unis... Face au COVID-19). Le couvre-feu se prépare pour la fin de semaine prochaine. Les bars seront automatiquement fermés. Selon Joël Mathurin, cette information est sûre "à 95%".

"Si on suit le même rythme d'évolution de l'épidémie dans notre département, et tout porte à le croire, j'ai demandé aux professionnels du secteur de se préparer à un couvre-feu à partir de la fin de semaine prochaine. Mais cette décision sera une décision gouvernementale bien entendu. C'était important que je leur passe ce message pour les aider à s'adapter à la situation. Nos indicateurs pour l'instant ne sont pas au dessus, mais la dynamique d'évolution est forte. Si les choses restent en l'état, il faut se préparer, oui, à un passage en zone alerte maximale en fin de semaine prochaine" nous a précisé Joël Mathurin.  Pour les gérants de restaurants et débits de boissons, l'enjeux est surtout de pouvoir gérer leurs stocks au mieux et éviter les pertes, dans une période extrêmement difficile financièrement. 

"Il y a des gens qui vont dire qu'ils s'y attendaient bien sûr, mais moi je ne m'attendais pas à une fermeture totale des bars. Je pensais qu'on avait au moins un mois de rabe. Je vais ouvrir tous les jours de la semaine prochaine, jusqu'à ce qu'on nous ferme... S'il n'y a pas d'aides supplémentaires pour nous, il faut considérer que les PDZ sont morts d'ici 6 mois. S'il n'y a pas d'aides, nous allons dans le mur... tout simplement" nous a expliqué Meghane Schevenement, gérante des Passagers du Zinc à Besançon, qui a participé à la visio-conférence avec le préfet du Doubs ce jeudi.

Certains restaurateurs envisagent de fermer complètement leurs portes le temps du couvre-feu. En effet, dès celui-ci instauré, alors que les bars seront totalement fermés, les restaurants devront tirer leurs rideaux à 21h, en pleine heure du repas du soir. Ce manque à gagner risque de mettre un peu plus en difficulté ce type d'établissement, soumis à des protocoles sanitaires très strictes depuis le mois de mai 2020, entraînant une perte de chiffre d'affaire importante. 

En Franche-Comté, le Jura fait officiellement partie des départements en couvre-feu entre 21h et 6h du matin (lire notre article). Le Doubs devrait donc bientôt suivre. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie coronavirus/covid-19 santé société