Coronavirus Covid-19 : une coiffeuse propose ses services aux personnels de l'hôpital de Pontarlier et des Ehpad

La coiffure procure du bien-être. La formule n'a jamais été aussi juste qu'en ces temps de crise sanitaire et de confinement. Une jeune coiffeuse de Métabief offre bénévolement ses compétences aux personnels du CHU de Haute-Comté et des Ehpad qui en dépendent.

Aline Sauvonnet en pleine séance de coiffure à l'hôpital de Pontarlier
Aline Sauvonnet en pleine séance de coiffure à l'hôpital de Pontarlier © R.V
Aline Sauvonnet est coiffeuse à domicile depuis sept ans. Avec une originalité : elle est formée aux soins énergétiques et au massage crânien. Alors, depuis le début de la crise due au Covid-19 et à l'arrêt complet de son activité, elle souhaitait pouvoir apporter ses compétences pour aider à sa façon les personnels soignants.
Avec l'accord du Directeur du CHU de Haute -Comté et sous la responsabilité du service hygiène, elle intervient désormais bénévolement pour coiffer les personnels soignants de tous les établissements qui dépendent de cette structure, c'est à dire l'hôpital de Pontarlier, celui de Mouthe ainsi que le service psychiatrique du Grand Valier et les EHPAD de Doubs, Levier et Nozeroy.


Un équipement spécial


Evidemment, avant de débuter ses premières coupes cette semaine, la jeune femme a été équipée et formée par le service hygiéne de l'hôpital. Port de masques, visières, gants, blouses et désinfection des outils sont devenus des habitudes de travail... qui vont sans doute se généraliser dans les mois qui viennent. La séance de coiffure se déroule dans des salles de réunion ou des locaux destinés à la pause accessibles depuis l'extérieur pour que la coiffeuse ne croise aucun patient ou résident sur son passage.
 
Un équipement professionnel a été fourni à la coiffeuse
Un équipement professionnel a été fourni à la coiffeuse © R.V


C'est bon pour le moral !


Dans sa pratique quotidienne, Aline avait déjà le sentiment de "faire du bien" mais avec cette crise, elle croit plus que jamais aux vertus des massages crâniens et des coupes énergétiques qu'elle met en oeuvre.
"Au départ, j'étais impressionnée par tout cet équipement mais les témoignages des soignants m'ont fait oublier toutes ces contraintes" confie Aline."On sent chez eux l'accumulation de fatigue mais personne ne se plaint, je le sens juste à travers le soin. Quelquefois, des larmes coulent, c'est une grande émotion pour moi mais aussi une expérience trés riche" conclut-elle.
Coronavirus Covid-19 : une coiffeuse propose ses services aux personnels de l'hôpital de Pontarlier


Geste solidaire de part et d'autre


Et comme la générosité est dans sa nature, Aline continue de travailler pour l'association "coiffeurs justes"
en récupérant les cheveux coupés qui seront ensuite utilisés comme isolants, filtrants pour l'eau ou renforçateurs de béton. La "cliente" fait ainsi, elle aussi, une bonne action en offrant ses cheveux à l'association. 
 

Reprise incertaine le 11 mai


Dans les jours qui viennent, les journées vont être bien remplies et les rendez-vous se succéder à Mouthe, Nozeroy mais aussi à l'école d'infirmières de Pontarlier qui dépend du CHU de Haute-Comté.
Concernant une éventuelle reprise de ses activités le 11 mai prochain, Aline ne se prononce pas. 
Pour l'heure, l'Union Nationale des Métiers de la Coiffure n'a pas encore fourni de "fiche-guide" permettant aux professionnels de respecter tous les gestes barrières indispensables à la pratique du métier. En tous cas, si elle reprend, la jeune femme aura une longueur d'avance sur ses confrères et consoeurs!

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter