Glaneur : un métier physique et poétique

La nature est généreuse, elle offre gratuitement des petites merveilles qui peuvent se métamorphoser en objets de luxe. Rencontre avec un glaneur professionnel. Frédéric Duval est de Pontarlier. Il passe son temps dans la nature pour proposer ensuite ses trouvailles aux fleuristes réputés de Suisse.

Le nom officiel de cette profession peu connue est feuillagiste. C'est à la suite d'une rencontre avec un autre feuillagiste que Frédéric Duval a l'idée de se lancer dans ce métier. C'était il y a 18 ans. Aujourd'hui, il fournit les fleuristes réputés dans les grandes villes suisses. Soucieux de préserver sa matière première, il fait attention lorsqu'il prélève de faire en sorte que mousse, lierre, lichens repoussent. Pour glaner régulièrement sur des secteurs précis, le Pontissalien demande l'autorisation des propriétaires des terrains.

Une activité saisonnière


Frédéric Duval suit les saisons pour organiser son activité. A la sortie des crues d'hiver, il va dans la vallée du Rhône ramassé les bois flottants. Glaner, c'est avoir l'oeil pour trouver les pépites qui vont plaire aux fleuristes. Il y a une dizaine d'années, il a fait une fabuleuse découverte : des genevriers léchés par les flammes lors de l'incendie d'une guarrigue dans le sud de la France. Ces arbustes sont des trésors pour les fleuristes et créateurs d'art floral. Fréderic Duval les prépare pendant des heures avant de les livrer à ses clients qui les transforment à leur tour.
Pour comprendre comment les fleuristes utilisent les trouvailles du glaneur. 

Nous avons suivi Frédéric Duval chez l'un de ses clients à Genève, le célèbre fleuriste Fleuriot. 
Glaneur, un métier indispensable pour les fleuristes

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
suisse noël sorties et loisirs