Grand Tétras : un nouvel arrêté préfectoral en consultation publique

Figure de proue des montagnes du Haut-Jura, le grand tétras est menacé d'extinction. Un arrêté préfectoral protège une partie de son habitat. Inchangé depuis 1992, un nouveau texte est en consultation du public jusqu'à ce mercredi 17 avril.
Plus précis et plus contraignant vis à vis des activités humaines de loisirs, le nouveau texte souffre aussi de nombreuses exceptions selon les défenseurs de la nature notamment concernant l'activité sylvicole et la chasse. Le nouvel arrêté est consultable sur le site de la DREAL Bourgogne Franche-Comté.

Il prévoit plusieurs avancées par rapport à l'arrêté actuel qui date de 1992. La principale : il clarifie la période de réglementation des activités humaines (ski, raquettes, randonnée) en remplaçant la notion de "conditions hivernales" par des dates précises : du 15 décembre au 30 juin.

Entre ces dates, période sensible pour le grand tétras, il est interdit de skier, randonner, faire des raquettes hors des sentiers balisés en zone de protection de biotope. Le chien même tenu en laisse n'est plus autorisé.
 
Grand Tétras : un nouvel arrêté préfectoral en consultation publique

Autre avancée : l'arrêté de protection de biotope ne concerne plus uniquement le grand tétras mais "les forêts d'altitude du Haut-Jura", et donc intègre de nouvelles espèces menacées : Bondrée apivore, Chevêchette d'Europe, Pic Tridactyle, chouette de tengmalm. 5 zones de protection s'étendent sur 4334 hectares, c'est 1000 hectares de plus que dans l'ancien arrêté de 92. Avec une nouvelle zone du massif du bois de Ban-Arobiers. Ces zones de protection représentent 30 % de l'aire de présence du grand tétras dans le Jura. Ce sont les suivantes : massif du massacre, du bois de ban-arobiers, du risoux, de haute-Joux, de Combe Noire.

Le texte rédigé par l'état a pour ambition de prendre en compte tous les acteurs de la forets (forestiers, promeneurs, skieurs, chasseurs) et de clarifier les mesures réglementaires. Mais pour les défenseurs de l'environnement, il souffre de trop nombreuses exceptions. Au-delà du 15 décembre, les chasseurs par exemple pourront continuer à chasser la bécasse et à chasser le gibier sur dérogation. Entre le 1er mai et 30 juin, les forestiers pourront également poursuivre leur activité. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société animaux sorties et loisirs