Pontarlier (Haut-Doubs) : aides à domicile et auxiliaires de vie, les grands oubliés de la crise sanitaire

A Pontarlier, "Domicile adoré" emploie une vingtaine de salariés. Elles et ils sont aides à domicile ou auxiliaires de vie. Un métier indispensable, mais mal payé et oublié des pouvoirs publics. Nous avons rencontré des professionnels qui parlent pourtant d'un métier passion.
Odette Guinchard a 100 ans. A Pontarlier, grâce au travail des aides à domicile, elle peut rester vivre chez elle.
Odette Guinchard a 100 ans. A Pontarlier, grâce au travail des aides à domicile, elle peut rester vivre chez elle. © R. Advocat
Dès notre arrivée dans l’appartement, nous voilà prévenus : "Appelez-le Steve Mac Queen, c’est comme ça qu’il veut qu’on lui parle !", précise Liliane, sa maman.

Steve Tamborini a 40 ans. Il vit à Pontarlier, dans le Haut-Doubs. La formule magique fonctionne : à peine prononcé le "bonjour Steve Mac Queen !", ce grand gaillard nous sourit.

Dans son fauteuil roulant, devant la télé, il regarde un concert de son idole, Johnny Halliday. Les concerts, il les connaît tous. Surtout celui où le fils du chanteur monte sur scène pour l'accompagner... c'est comment son nom d'ailleurs ? "David !" précise Steve. Un fan, assurément ! Steve est  même habillé d'un t-shirt au nom de Johnny. C'est un cadeau de son aide à domicile préférée, Gaëlle Fourneret.

Elle est à ses côtés, Gaëlle, le temps d'un goûter. Tout le monde la considère un peu comme une amie :
 

Quand elles viennent pour s’occuper de Steve, vous ne pouvez pas imaginer à quel point je suis soulagée ! Elles sont même venues au mariage de ma fille, pour aider à le porter.

     Liliane Thierret, la maman de Steve

 
La visite d'une aide à domicile comme Gaëlle Fourneret est aussi un soulagement pour les familles.
La visite d'une aide à domicile comme Gaëlle Fourneret est aussi un soulagement pour les familles. © R. Advocat


Gaëlle apprécie le compliment : "bien sûr ça nous fait plaisir, mais pour nous c'est normal, c'est notre métier ! Je me sens utile, ce que les personnes nous racontent, ça nous enrichit."

L'aide à domicile semble être un métier passion. Il faut cette dimension-là pour côtoyer tous les jours tant de personnes, avec leurs vies faites de bonheurs et de malheurs. Liliane partage ainsi son quotidien  :

"Je vis dans la peur, parce que Steve n’a pas de défense immunitaire. S’il tombe malade du Covid, il ne s’en sortira pas.  Avant, on allait au restaurant, c’était notre petit plaisir à nous, on allait voir des amis. Pendant le confinement, il était très bien pris en charge et entouré dans son institut. Mais il était en larmes, tous les soirs au téléphone avec nous, ça a été très dur".
 

Aide à domicile, un métier méconnu et mal payé


Pour l'essentiel, ce sont les personnes âgées, ou handicapées, qui font appel aux services des aides à domicile.

Gaëlle Fourneret est salariée de la société Domicile adoré. Sa directrice, Marie-Christine Berthoulot Klein, a été infirmière pendant de longues années. Elle a créé l'entreprise, à Pontarlier, en 2009.  Très vite, elle a constaté que le métier d'aide à domicile était méconnu :
 

Historiquement l’aide à domicile, c'est l’aide ménagère. Il y en a encore qui parle de la femme de ménage ! Pourtant, on est des soignantes dans le sens où l'on prend soin de la personne.

    Marie-Christine Berthoulot Klein, gérante d'une entreprise d'aide à domicile




 
Marie-Christine Berthoulot Klein : "pour désigner les aides à domicile, il y en a encore qui parle de la femme de ménage."
Marie-Christine Berthoulot Klein : "pour désigner les aides à domicile, il y en a encore qui parle de la femme de ménage." © R. Advocat


Elle précise son propos : "On est dans la prévention des chutes, les régimes alimentaires, en cas de diabète ou d'obésité, le soutien psychologique, l'hygiène."

Polyvalence, compétences multiples : pourtant, les salaires sont bas, et les emplois souvent à temps partiel. Selon Marie-Christine Berthoulot Klein, la méconnaissance du métier amène les financeurs à négliger les aides à domicile. Pouvoirs publics, conseils départementaux, caisses de retraite et mutuelles, tirent les tarifs vers le bas.
 

"On ne doit pas s’attacher, mais on s’attache forcément"


Maurice Henriet a 90 ans. Il lit le journal, assis dans la cuisine de sa maison, à Pontarlier. Le silence est à peine perturbé par le tic-tac d'une horloge. Dans la pièce à côté, Philippe Prebin fait le ménage. Il est un des rares hommes à exercer le métier d'aide à domicile.

 

Faire le ménage chez des personnes, c’est leur rendre la vie plus agréable. On parle de tout et de rien. La relation humaine est importante, même si ce n'est que du ménage.   

  Philippe Prebin, aide à domicile

 
 
Philippe Prebin, aide à domicile à Pontarlier : "Normalement, dans ce métier, on ne doit pas s'attacher aux personnes, mais on s'attache forcément".
Philippe Prebin, aide à domicile à Pontarlier : "Normalement, dans ce métier, on ne doit pas s'attacher aux personnes, mais on s'attache forcément". © R. Advocat


Après le ménage, un café avec Maurice, quelques mots échangés... Philippe remplit le cahier de liaison. Il note le détail de son intervention, ses observations, son regard sur l'état de santé de Maurice. Le cahier de liaison reste sur place. Il est à la disposition des autres intervenants. Maurice y a accès lui aussi, s'il souhaite le lire.

Philippe Prebin a travaillé dans le bâtiment et le nettoyage industriel. Il est à l'aise dans son nouveau métier d'aide à domicile. Malgré un salaire faible : "Ce n'est que du positif, même si on sait qu’à la fin du mois, ça va être un peu dur. Les gens nous donnent leur sourire, même quand ils nous parlent de leurs problèmes, ça fait plaisir de voir des gens heureux qu’on soit là !"

Pourtant, la vie d'aide à domicile est aussi marquée par la mort des bénéficiaires : "C'est arrivé deux fois au mois de mars, deux personnes que je voyais régulièrement. Dans ce métier, normalement, on ne doit pas s’attacher, mais on s’attache forcément. Le jour où la personne part, ça fait un vide quand même…"


"On fait un travail de l'ombre, on est invisibles !"



En France, 320 000 personnes sont des aides à domicile. Certaines sont indépendantes, payées par les bénéficiaires grâce au CESU, le chèque emploi service universel. La majorité est constituée de salariés d'entreprises et d'associations, ou d'employés par les CCAS, les centres communaux d'action sociale. Autant de statuts différents, autant de différences de traitement.

Regrouper les aides à domicile et faire entendre leur voix, c'est le but du collectif la force invisible des aides à domicile.

Sa fondatrice, Anne Laurent,  travaille à Bordeaux, en Nouvelle-Aquitaine :
 

Tout est parti de la pandémie. J’avais eu une journée très, très dure. Dans ce métier, on se sent seule, je me suis dit qu’un collectif permettrait de faire connaître nos revendications.


Le confinement lui laisse un goût amer : "à part les bénéficiaires et les familles, on est invisibles et on n’a plus envie de l’être ! On fait un travail de l’ombre, on intervient à domicile, ce n'est pas comme dans les Ehpad où on voit le personnel et leur travail".

 
Le collectif "la force invisible des aides à domicile", très présent sur les réseaux sociaux, est né au moment du déconfinement.
Le collectif "la force invisible des aides à domicile", très présent sur les réseaux sociaux, est né au moment du déconfinement. © Collectif "la force invisible des aides à domicile"


Enfant, Anne s'occupe de sa soeur, handicapée. Le mercredi, elle est à ses côtés, à l'institut médico-éducatif. Ce n'est pas une corvée, mais une évidence : elle aime aider les autres.

 

Pendant la pandémie, des bénéficiaires m'ont fait pleurer parce qu'ils sont sortis m’acheter une boîte de chocolat ! Ils m’ont dit heureusement que vous êtes là, vous écoutez nos souffrances, quand vous arrivez, vous avez le sourire.

Anne Laurent, collectif des aides à domicile



Il semble difficile de faire carrière dans le métier : "C’est un secteur à l’agonie, les filles accumulent les arrêts maladie, les accidents du travail sont nombreux. Quand on est mal formé ou quand on est fatigué, on se blesse, surtout au dos pendant les transferts des personnes, du lit au fauteuil par exemple".

L'amélioration des conditions de travail est une urgence selon Anne : "On vous donne un planning la veille pour le lendemain ou le vendredi pour le weekend, le planning peut changer dans la journée, on commence tôt et finit tard, comment peut-on avoir une vie familiale et sociale ?"
 

Aides à domicile ou aides soignantes du domicile ?



Enfin, il faudrait revoir les grilles salariales, les formations, et créer un vrai statut professionnel : "On travaille avec de l’humain, on est confrontés  à de nombreuses maladies et à des handicaps qu'il faut apprendre à connaître, on est les aides soignantes du domicile !"


A Pontarlier, Anne-Christine Berthoulot Klein partage cet avis : "Les gens voient ça comme aller prendre le thé l’après-midi avec les mamies, et puis tricoter quoi ! Passer sous la gouverne du ministère de la santé serait une reconnaissance pour les aides à domicile".
 

"Je n'ai pas voulu la mettre à l'EHPAD"


Chez Odette Guinchard, c'est l'heure du repas. Odette vient de fêter ses 100 ans. Victime d'un AVC, elle est alitée. Elle a besoin d'aides à domicile.

Toilettes, soins, cuisine, ménage : plusieurs personnes passent chaque jour chez elle. Un soulagement pour sa fille, Jeannine Mekdade, 77 ans. Elle vient la voir tous les après-midi. Le maintien à domicile a un coût : environ 1300 euros par mois, déduction faite des aides. Mais pas question de changer l'univers familier de sa maman pour un lieu inconnu :

"Je n’ai pas voulu la mettre à l’EHPAD, ils n'ont pas assez de monde pour s’occuper des patients qui ne sont pas un peu autonomes.  Je craignais qu’elle se retrouve isolée. Elle se sent mieux chez elle, avec des aides à  domicile, tant que ça va comme ça..."

 
Préparer les repas, faire les toilettes, prendre soin des personnes : le métier d'aide à domicile nécessite de nombreuses compétences.
Préparer les repas, faire les toilettes, prendre soin des personnes : le métier d'aide à domicile nécessite de nombreuses compétences. © R. Advocat


Un pot-au-feu, préparé la veille par Jeannine, un morceau de fromage, une compote. Odette mange peu. Gaëlle l'encourage avec patience à prendre une bouchée de plus. Et puis encore une autre.

"J’ai toujours voulu travailler dans le social, dans la relation avec les personnes", précise-t-elle, "je pense que ce n'est pas une vocation qui est donnée à tout le monde".

Fin de notre rencontre. Gaëlle, Liliane et Odette se prêtent volontiers à une photo de groupe. Surtout Odette d'ailleurs : notre mamie centenaire offre un immense sourire !
 
A Pontarlier, "Domicile adoré" emploie une vingtaine d'aides à domicile. Intervenants : Gaëlle Fourneret et Philippe Prebin, aides à domicile, Marie-Christine Berthoulot Klein, directrice de la société « Domicile adoré ». Reportage : R. Advocat et M. Loir




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé personnes âgées famille société handicap coronavirus/covid-19