• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Pendant l'occupation allemande, Chapelle-des-Bois, dans le Haut-Doubs, a été un lieu de passage vers la Suisse pour les résistants et les réfugiés juifs. L'association "le mur aux fleurs de lys" propose une randonnée en hommage aux passeurs qui ont risqué leurs vies entre 1941 et 1945.

"On n'acceptait pas la présence des Allemands chez nous !"

Un caractère bien trempé, dès l'adolescence. Bernard Bouveret a 16 ans quand les troupes allemandes envahissent le pays, et son village de Chapelle-des-Bois, dans le Haut-Doubs. 
 

Un soldat allemand a arraché le petit drapeau tricolore que j'avais sur mon vélo, en me disant "France finie !" J'ai serré mon poing dans la poche et je me suis dit la France finie, on va bien voir !
 


 
Bernard Bouveret (au centre), sur la place du village de Chapelle-des-Bois, lieu du départ de la randonnée des passeurs. / © R. Advocat
Bernard Bouveret (au centre), sur la place du village de Chapelle-des-Bois, lieu du départ de la randonnée des passeurs. / © R. Advocat

Que faire ? D'abord, quelques passages clandestins vers la Suisse, pour du ravitaillement. La frontière est à moins d'une heure, à travers la forêt du Risoux. Puis, un jour, il est contacté par un ami de son père. Il s'appelle Fred Reymond et travaille pour le service de renseignements de l'armée Suisse. Fred Reymond cherche un homme sûr pour transmettre et recueillir des informations.

Bernard Bouveret est bûcheron et débardeur, le jour. La nuit, il devient passeur. Avec un sentiment de révolte, une envie d'agir et l'insouciance de la jeunesse.
 
Randonnée de l'été : à Chapelle-des-Bois, sur les traces des passeurs de la Résistance
Reportage : Raoul Advocat - Sarah Rebouh

D'un côté de la frontière, il y a les patrouilles allemandes. Elles ont ordre de tirer à vue. De l'autre, il y a les douaniers suisses. Ils ne sont pas toujours accueillants vis-à-vis des Fançais. Ce jeu de cache-cache  périlleux va durer jusqu'en 1944.
 
Frédéric Reymond, membre des services de renseignements de l'armée suisse, a été le contact de Bernard Bouveret pendant la guerre / © R. Advocat
Frédéric Reymond, membre des services de renseignements de l'armée suisse, a été le contact de Bernard Bouveret pendant la guerre / © R. Advocat
 

C'était le plaisir de rouler les Allemands, mais on a tous été visés par des tirs. J'ai un copain de 17 ans qui est mort sur la neige, une balle dans la jambe...

 

En 1944, Bernard Bouveret est arrêté, avec son père. Considérés comme des saboteurs, ils sont déportés au camp de concentration de Dachau. Affectés à des commandos de travail, ils sont détenus pendant près d'un an, avant d'être libérés et de rentrer tous les deux au village.

Un héros, Bernard Bouveret ? Sa réponse à cette question est invariable : "ça n'avait rien d'extraordinaire, on voulait faire quelque chose, alors on l'a fait ! "

Rien d'extraordinaire... Simplement des courriers, micro-films et renseignements qui ont passé la frontière, au service de la Résistance ! Rien d'extraordinaire... Mais près de 200 vies sauvées ! 200 personnes qui ont trouvé refuge en Suisse grâce à lui. Dont des familles juives, qui fuyaient le nazisme.

Bernard Bouveret a 95 ans aujourd'hui. Il est le dernier passeur vivant de Chapelle-des-Bois. Et il marche toujours dans sa chère forêt du Risoux.
 

"Il fallait leur rendre hommage !"


Depuis 2008, l'association "le mur aux fleurs de lys" organise une randonnée, chaque été. Tout a commencé par un documentaire sur l'histoire des passeurs, réalisé par des Suisses.

Un habitant du Haut-Doubs, Alain Nicod, tient alors une auberge. Il propose à ses pensionnaires de visionner le film. A la fin de la séance, Bernard Bouveret, qui apparaît dans le documentaire, est là pour témoigner et raconter.
 

C'est notre histoire locale. On n'en parlait pas, les passeurs n'en parlaient pas. Il fallait leur rendre hommage !

 

explique Alain Nicod. Une première randonnée est organisée. Puis une deuxième. Aujourd'hui, c'est un rendez-vous annuel. En 2018, il étaient près de 700 randonneurs à marcher sur les traces des passeurs de la Résistance.

 

Les passeurs de la Résistance : Alain Nicod, de l'association "le mur aux fleurs de lys"


Le 30 juin 2019, la randonnée partira de la Suisse. Un transport en autocars est prévu depuis Chapelle-des-Bois. Tous les itinéraires et horaires sont ici.
 

Le 30 juin 2019, la rando des passeurs partira de Suisse pour rejoindre Chapelle-des-Bois, dans le Haut-Doubs. / © Association Le mur aux fleurs de lys
Le 30 juin 2019, la rando des passeurs partira de Suisse pour rejoindre Chapelle-des-Bois, dans le Haut-Doubs. / © Association Le mur aux fleurs de lys
 

 

Bientôt un sentier des passeurs ?

La randonnée n'a lieu qu'une fois par an. Y aura-t-il un jour un sentier estampillé "des passeurs" ? Pas tout de suite, selon les organisateurs.

Si vous ne pouvez pas participer à la rando des passeurs 2019, nous vous proposons un itinéraire. Il regroupe les points de passage les plus importants. Il vous permettra aussi de voir le muret de pierres sèches, qui matérialise la frontière entre la France et la Suisse.

Le muret  est ponctué de bornes frappées, côté français, de la fleur de lys. Ces bornes ont été installées en 1649 entre le royaume de France et la Suisse.


L'itinéraire que voici est disponible en ligne et sur l'application gratuite Visorando

 

La randonnée est une boucle de 14,5 kilomètres au départ et à l'arrivée de Chapelle-des-Bois / © Visorando
La randonnée est une boucle de 14,5 kilomètres au départ et à l'arrivée de Chapelle-des-Bois / © Visorando
 
 


Itinéraire et informations pratiques

 

-Papiers d'identité indispensables pour passer en Suisse
-Prévoir une bonne réserve de boissons : il n'y a aucun point d'eau sur le parcours
-Durée : 5h00, difficulté moyenne
-Distance : 14,5 km
 

  • Départ de la place de l’église de Chapelle-des-Bois. Emprunter la route forestière jusqu'à la ferme de La Beurrière (repère 1 sur la carte).
  • Juste après la ferme, prendre à droite, dans la forêt, jusqu'à la Combe des Cives.
  • Au sortir de la forêt (repère 2), continuer vers l'est jusqu'à la route départementale. La prendre à gauche sur 100m puis la traverser et entrer dans le hameau "Chez Buffard". Continuer le chemin jusqu’au carrefour du Cardot.
  • Au repère 3 du plan, abandonner temporairement l’itinéraire pour prendre à gauche sur 200 m, puis à droite après un petit parking, sur le chemin de la Fessette. Continuer jusqu’au mur frontière.
 
La frontière entre le canton de Vaud, en Suisse, et le royaume de France est matérialisée par un muret de pierres sèches. Une partie de la construction est toujours visible dans la forêt du Risoux. / © R. Advocat
La frontière entre le canton de Vaud, en Suisse, et le royaume de France est matérialisée par un muret de pierres sèches. Une partie de la construction est toujours visible dans la forêt du Risoux. / © R. Advocat
 

 

  • Prudence, bien rester sur le sentier : le relief dissimule des trous et des cavités.
  • Traverser la frontière, puis continuer jusqu’à une route forestière. Prendre à gauche. Le rendez-vous des Sages est à 500 mètres (repère 4 sur la carte)
 
Le "rendez-vous des sages" est un refuge au milieu de la forêt du Risoux, en Suisse. / © R. Advocat
Le "rendez-vous des sages" est un refuge au milieu de la forêt du Risoux, en Suisse. / © R. Advocat

 

  • Pour retrouver le chemin du Cardot, il faut revenir sur ses pas. Prendre le chemin forestier à droite, en regardant la cabane, sur quelques mètres. À votre gauche, une sente est bien marquée. La suivre jusqu’au mur frontière.
  • Prendre à gauche et longer ce mur jusqu’au chemin de la Fessette (repère 3 sur la carte)
  • Redescendre le chemin de la Fessette jusqu’au petit parking, puis prendre à gauche le chemin du Cardot.
  • Prendre le chemin jusqu'à la croix du Risoux, à la Roche Champion qui surplombe Chapelle-des-Bois et la vallée (repère 5 sur la carte)
  • Redescendre au village par le sentier de grande randonnée.