• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Sécheresse : les premiers signes d'une épidémie de scolytes dans les forêts du Haut-Doubs

© France 3 Franche-Comté : Lucie Thiery
© France 3 Franche-Comté : Lucie Thiery

Les forêts de Franche-Comté souffrent de la sécheresse. Dans le Haut-Doubs, l'été sec menace les épicéas. Les scolytes, insectes ravageurs, ont entamé leur travail dans la forêt de Levier. 

Par S.C avec Lucie Thiery

Le scolyte. Ce coléoptère est présent naturellement dans le bois. Friand d'épicéas, il prolifère de façon exponentielle en cette période de fortes chaleurs. Habituellement il faut un mois pour que les larves du scolyte typographe atteignent le stade adulte. A plus de 24 degrés, une semaine seulement leur suffit pour sortir de l'état larvaire.

 
Les dégâts des scolytes dans la forêt de Levier / © France 3 Franche-Comté : Lucie Thiery
Les dégâts des scolytes dans la forêt de Levier / © France 3 Franche-Comté : Lucie Thiery

 
Depuis trois ans, nous connaissons des périodes de sécheresse plus ou moins longues. Résultat : les forestiers craignent une épidémie de scolytes. Ils constatent dès à présent quelques signes annonciateurs sur les épicéas. Une fois installés, les scolytes typographes s'étendent creusant des galeries, le bois infesté sèche et dépérit sur pied. On peut trouver jusqu'à 30 000 individus par mètre carré de bois.

 
Les scolytes se développent avec la sécheresse
La chaleur de l'été a favorisé le développement des scolytes insectes ravageurs des épicéas. Avec Didier Segaud Responsable du secteur de Levier à l'ONF Jean-Louis Laresche Propriétaire de scierie Reportage L.Thiery, JL Saintain.


En forêt de Levier, les services de l'ONF sont depuis quelques jours à pied d'oeuvre. Dès que les agents constatent une attaque de scolytes sur un épicéa, ils abattent et évacuent l'arbre dans les deux à trois semaines maximum. C'est la seule solution pour contenir l'épidémie.

Si les températures ne baissent pas dans les prochaines semaines, le problème risque de s'amplifier.

 
© France 3 Franche-Comté : Lucie Thiery
© France 3 Franche-Comté : Lucie Thiery

Les dernières épidémies de scolytes dans le massif jurassien remontent à 2005 et 2003. En 1984, ce même scolyte typographe avait conduit à abattre 30 000 mètres cubes d'épicéas pour le seul secteur de Pontarlier.

Quant aux autres résineux, le sapin en particulier est plus résistant aux scolytes. Cependant, il souffre lui aussi de la sécheresse, et certains individus rougissent totalement et se débarrassent de leurs aiguilles. Les feuillus ont deux mois d'avance sur la saison de végétation, les feuilles perdent leurs couleurs. C'est l'automne avant l'heure.

A long terme, la diversification des essences d'arbres permet de prévenir durablement les risques sanitaires dans nos forêts d'altitude.

A lire aussi

Sur le même sujet

Dole : du foot mixte au lycée

Les + Lus