VIDEOS. Loup, lynx, grand tétras... le photographe Yoann Thionnet met en lumière les "invisibles" du Jura

Yoann Thionnet est un photographe à part en Franche-Comté. L'étude sur le terrain, l'examen des traces et des comportements le passionne. S'il n'est pas scientifique, son approche de la nature s'en rapproche. Faire une photo ne doit pas être une fin selon lui.

Après s'être passionné pour des animaux emblématiques et rares comme le grand tétras et le lynx, il consacre aujourd'hui l'essentiel de son temps à l'étude du loup dans le Haut-Doubs. Sans parti-pris, il cherche à mieux le connaitre afin de pouvoir apporter une aide à ceux qui en auront besoin.

"La photographie me sert uniquement à mieux comprendre le comportement du loup, du lynx ou du grand tétras et apporter une aide si besoin"

Yoann Thionnet fait partie de ceux qui, ont un jour décidé de troquer le fusil pour un appareil photographique. Originaire de Mouthe (Doubs), son grand-père l'a initié à la chasse et à la découverte de la nature. La finalité n'était pas de tuer un animal sauvage, mais au contraire de le pister, d'analyser les indices de présence pour finalement juste mieux le comprendre. La majorité du temps, ils revenaient sans rien, mais avec la satisfaction d'avoir partagé un moment fort. Jeune adulte, Yoann a rapidement arrêté de chasser. "Je ne me retrouvais absolument plus dans ce loisir. La mentalité avait totalement changé par rapport à ce que m'avait initié mon grand-père. Du coup, le passage à la photographie s'est fait très naturellement, car finalement ce que je préfère par-dessus-tout c'est être dans la nature et comprendre l'animal" explique le photographe naturaliste. 

Étudier le loup pour mieux aider à le protéger

Comprendre l'animal, c'est la tâche que s'est imposée Yoann. Voisin de la forêt du Risoux où s'est implantée la première meute du massif du Jura, le photographe a voulu utiliser ses connaissances du site et de la faune sauvage pour en apprendre plus sur le canidé. Au prix d'un travail très méticuleux et malgré une situation de grande tension au sein du monde agricole du fait des prédations de génisses, le photographe travaille aujourd'hui presque exclusivement sur le loup. 

durée de la vidéo : 00h00mn05s
Le photographe du Haut-Doubs a pu capter, grâce à son piège vidéo, une image très rare. Voici le mâle dominant de la meute du Risoux. Yoann l'a surnommé Léto car il n'aime pas les numéros donnés aux animaux par les autorités qui sont pour lui un manque de considération. Il reconnait néanmoins qu'il est plus facile administrativement de leur donner un code. ©Yoann Thionnet

13 pièges photos et vidéos pour mieux étudier le loup

Afin d'avoir une meilleure connaissance du terrain et des animaux qui l'occupent, le photographe utilise énormément le piège photographique et vidéo. Il dispose de 13 appareils qu'il place à des endroits stratégiques où il espère voir des passages du canidé. Objectif : pouvoir le suivre en toute discrétion. Ces pièges sont des accessoires essentiels pour l'étude scientifique d'une meute.

"Afin, de mieux les connaitre, j'ai besoin de pouvoir observer les individus, or, leur flair et leur méfiance légendaire de l'homme en font des animaux quasiment invisibles. Grâce à cet accessoire primordial, je peux être mieux informé sur les déplacements, les individus, bref, mieux comprendre l'animal. Cette expérience doit surtout me servir ensuite à pouvoir apporter une aide et informer s'il y a des prédations. Car ce savoir n'est pas uniquement destiné à moi, je voudrais qu'il serve à tous. C'est la raison aussi pour laquelle, il est important de ne pas toucher ou détériorer un boitier si l'on en croise un sur un arbre. Il sert simplement à donner des informations" détaille Yoann Thionnet.

durée de la vidéo : 00h00mn20s
Un jeune loup mâle est capté par l'infrarouge d'un piège vidéo dans la forêt du Risoux. L'acte peut paraitre anodin, mais il permet aussi à l'animal de marquer son territoire. ©Yoann Thionnet

Les pièges sont discrètement disposés dans le massif du Risoux situé entre Doubs et Jura. Ils font une quinzaine de centimètres. Une cellule déclenche une photographie où d'une vidéo à chaque passage devant la zone de détection. Lorsque la nuit arrive, un éclairage infrarouge, quasiment invisible des animaux, permet d'éclairer la scène, ce qui donne des images de mauvaise qualité, mais néanmoins dans une totale obscurité. 

Je suis naturaliste dans l'âme et la présence du loup est une chance pour la biodiversité. En revanche, je comprends les agriculteurs face aux prédations de génisses. J'essaye d'acquérir le plus de connaissances afin de tenter de trouver des solutions pour protéger leur bétail et favoriser la cohabitation.

Yoann Thionnet, photographe

Pour le photographe naturaliste, il faut avant tout essayer de mieux connaître et de comprendre le loup pour aider les gens qui auront besoin de soutien, car le massif du Jura est différent des Alpes. De plus, de nombreux agriculteurs considèrent que les pouvoirs publics doivent aussi prendre en compte la spécificité de la Franche-Comté, où l'on trouve très majoritairement de l'élevage bovin. Ce sont des génisses qui sont prédatées. Les agriculteurs demandent que les grilles d'indemnisation soient revues afin de mieux coller aux pertes réellement subies. 

durée de la vidéo : 00h00mn17s
Le mâle dominant du Risoux cherche un endroit pour dormir après avoir prédaté une biche ©Yoann Thionnet

Pour le photographe, il est nécessaire de devoir s'adapter et de le faire en concertation.

Le loup revient de lui-même. Cela veut dire qu'il a sa place dans nos paysages forestiers. Il y a de la nourriture grâce à la faune sauvage, mais l'élevage est très présent dans notre biotope. Les parcelles d'élevage sont en proximité directe avec les forêts. Il va falloir obligatoirement trouver des solutions efficaces et novatrices pour la protection des troupeaux.

Yoann Thionnet, photographe

Une immersion dans le monde de l'invisible

La photographie est arrivée tardivement dans la vie de Yoann Thionnet. Se définissant comme un mauvais chasseur qui regardait plus qu'il ne tuait, il a commencé en 2015 à emmener un appareil photo lors de ses sorties. Immortaliser ses rencontres avec la faune sauvage était pour lui le moyen de garder une trace d'instants souvent magiques. Les prédateurs restent ses animaux de prédilection. Parmi eux, le lynx, emblème de la faune en Franche-Comté, tient une place de choix. Il suit ainsi depuis plusieurs années un magnifique mâle qu'il a surnommé Haku.

Je me sens plus naturaliste que photographe. J'ai toujours considéré qu'il était important pour moi de connaître et comprendre l'animal pour me sentir autorisé à pénétrer dans son territoire.

Yoann Thionnet, photographe

Dans le monde des "invisibles", Yoann Thionnet s'est également beaucoup intéressé à l'autre emblème des forêts du massif du Jura, le grand tétras. Le volatile est aujourd'hui très menacé par les intrusions de l'homme dans son domaine, mais aussi par le réchauffement climatique. Toujours dans un souci de connaissance et de préservation, le naturaliste collabore avec le Groupe Tétras Jura. 

Un livre pour rendre hommage à la faune du Jura

Pour partager son regard sur la nature du Jura, Yoann Thionnet a regroupé ses plus beaux clichés dans un livre. "Jura, terre sauvage, c'est sept années de travail photographique avec des centaines d'heures passées dans la nature et l'écriture m'a pris une année" confie le naturaliste.

Jeune papa, il a tenu également à ce que son livre puisse être un lien entre les générations, un peu comme ce qu'il a pu vivre avec son grand-père lorsqu'il était enfant. "J'ai demandé à l'illustratrice Nina Courtois de travailler avec moi pour les pages intitulées "Sur les traces de..." Elles ont été pensées pour qu'il puisse y avoir un échange entre grands et petits afin de développer l'envie d'aller ensemble, les retrouver en forêt"

Pour conclure son livre, Yoann a posé son appareil photo pour prendre la plume. Voici quelques vers du poème qu'il a écrit sur le Jura : 

J'aime me laisser guider au gré de tes reliefs

Pistant l'animal qui de ton antre a fait son fief

Pour tenter de déceler des instants de vie sauvage

Et pouvoir dans cet écrin leur rendre hommage

Merci Jura de me donner la chance de vivre en toi

Merci pour tous ces moments qui me mettent en émoi.