VIDEO. “Je suis ému, on quitte notre métier”, un agriculteur du Doubs vend toutes ses vaches aux enchères

Publié le

A Pierrefontaine-les-Varans (Doubs), une vente aux enchères inhabituelle a eu lieu ce vendredi 2 décembre 2022. Pascale et Patrick Cartier partent à la retraite après 41 ans d'agriculture. Le couple a tourné la page avec émotion, mais dans un cadre festif en vue d'assurer le bien-être et le devenir de leur troupeau.

55 vaches. 55 prénoms qu’ils connaissent par cœur. C’était le dernier jour à l’étable. Les vaches étaient mises en vente par le négociant Alliance Bétail avec qui le couple a l’habitude de travailler. Dans son étable, Patrick est fier et ému. “C’est l’heure de la retraite oui, mais je sais qu’elles partent dans d’autres exploitations. Elles ne vont pas à la boucherie, elles vont continuer à faire du lait” confie l’agriculteur en parlant de ses bêtes à notre équipe de reportage Emmanuel Rivallain et Denis Colle.

Une vente aux enchères festive

Dans le département du Doubs, ces ventes aux enchères sont rares. C’était une tradition autrefois. Près de 1500 personnes du secteur, des connaissances ou des agriculteurs sont venus admirer, ou acheter des bêtes pour enrichir le potentiel génétique de leur troupeau.

Et puis il y a les achats de cœur. Le gendre de Patrick Cartier et ses enfants ont acheté une génisse. “Pour avoir un souvenir de la maison. C’est la génisse de mon papy, et je la voulais, et mon papa la trouvait belle” nous explique la petite fille de l’agriculteur.

Adjugées, toutes vendues !

Les 55 vaches et génisses de race montbéliarde ont toutes été vendues. Prix moyen environ 2000 euros. En Franche-Comté où est produit le fromage de Comté, le prix des vaches est bien au-dessus de la moyenne française qui oscille entre 900 et 1300 euros le bovin.

Patrick et Pascale Cartier tournent en cette fin 2022 la page de toute une vie. Le couple n’a souhaité vendre que le cheptel, mais va continuer à vivre sur la ferme de Montécheroux, où il est installé depuis 1991. “J’ai des chevaux comtois, on va les garder pour le plaisir” confie Patrick Cartier pour qui une nouvelle vie commence, sans traite des vaches matin et soir.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité