Paris 2024. "Jamais je n'aurais cru vivre ça un jour" : découvrez les 12 relayeurs de la Flamme olympique dans le Doubs

Plus sur le thème :

La Flamme olympique passera par le Doubs le mardi 25 juin 2024. Pour l'occasion, elle sera portée par une centaine de relayeurs dans tout le département. Athlètes, anciens sportifs, bénévoles, acteurs associatifs ou engagés dans la vie de leur territoire... Découvrez qui seront les porteurs doubistes de la Flamme olympique des JO 2024.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

10 000 "éclaireurs", chargés de sillonner la France, Flamme olympique en main. Du 8 mai au 26 juillet 2024, l'emblème la plus connue du sport international voyagera sur le sol français pour lancer officiellement les Jeux olympiques de Paris 2024. Elle fera un détour par la Franche-Comté, plus précisément par le Doubs, le 25 juin. Et durant cette journée historique pour le département, ce sont cent porteurs qui se relayeront avec l'étendard olympique. 

Le département du Doubs, qui avait déboursé la coquette somme de 180.000 euros pour faire venir les Jeux olympiques sur ses terres, a officialisé, lundi 15 janvier, l'identité de sept porteurs choisis par ses soins, "qui tous représentent, ou sont le reflet, d’une des valeurs" de la collectivité, précise le conseil départemental dans un communiqué.

Le département annonce sept relayeurs

Les deux premiers noms évoqué par le département ne formeront qu'un seul porteur. Il s'agit des sportifs handisport Gwendoline Matos (goalball) et Jean-Claude Thiévent (cyclisme adapté), d'ailleurs sélectionné pour les Jeux paralympiques de Paris 2024. 

Son nom à lui était évoqué avec insistance pour faire partie des relayeurs depuis quelques mois. Fabrice Guy, légende du combiné nordique, sacré champion olympique lors des JO d'hiver de 1992 à Albertville, retrouvera de nouveau la Flamme. "Je l'avais déjà porté en 2006, lors des JO d'hiver de Turin, et j'avais pu être porte-drapeau en 1992" explique-t-il. "Mais c'est toujours un honneur et une fierté de représenter son pays, et de promouvoir le sport comme vecteur de paix et de rassemblement en ces temps troublés".

Porter la Flamme olympique à Chaux-Neuve, le village de mes ancêtres, ce sera fort en émotions. C'est mon grand-père qui a fait construire le tremplin de saut à ski, mon père y avait aussi porté la Flamme olympique avant moi. Ce sera un moment exceptionnel. Et puis, tous les souvenirs sportifs remontent.

Fabrice Guy,

champion olympique en 1992 et porteur de la flamme olympique en 2024

La quatrième porteuse sera Françoise Streit, récompensée pour son engagement au sein de l'association Action Philippe Streit (du nom de son mari), qui lutte pour l'inclusion des personnes handicapées. Guillaume Pétrequin, jeune Doubien lauréat des Chemins de l'Honneur 2022 (concours consacrant des jeunes du département pour leurs actions solidaires) sera, lui aussi, de la fête, tout comme la lieutenant Mylène Dhote, une des trois femmes chef d'un centre de secours des pompiers du Doubs, à Mouthe.

Enfin, le département a souhaité mettre en lumière Joey Cachet pour son parcours de vie et son abnégation. À 23 ans, la jeune femme vient de décrocher son baccalauréat et travaille dans une école maternelle à Besançon.

Quatre porteurs à Besançon

La ville de Besançon a annoncé elle l'identité de quatre relayeurs, qui concluront cette journée olympique dans la capitale comtoise. Michel Chapuis, 82 ans et médaillé d'argent lors des JO de Tokyo de 1964 en canoë biplace, portera la Flamme, tout comme Sandrine Mariot, 48 ans, ex-handballeuse à l'Entente sportive Besançon féminin en tant que joueuse et entraîneuse, qui avait participé au JO de Sydney en 2000, et d'Athènes, en 2004.

À ces deux grands noms du sport comtois viennent s'ajouter Vincent Schmidt, vice-président de l'association Entre Temps Escalade (qui a contribué à l’édification de la salle d’escalade Marie Paradis, et ses murs adaptés à la pratique handisport, et à la piscine adaptée du Centre Omnisports Croppet) et Awa Sene, 28 ans, licencée au Doubs Sud Athlétisme.

La ville a également annoncé deux porteurs "remplaçants". David Matam, haltérophile franco-camerounais Besançon qui compte à son actif trois participations aux JO d'Athènes 2004, de Tokyo 2008 et de Londres en 2012, et Maïté Davidova, lutteuse au Club pugilistique de Besançon, vice-championne de France en 2005, 2007 et 2011, 3ᵉ aux championnats de France 2003, 2004, 2006 et 2017.

Le club du Besançon Triathlon star du "relais collectif"

Pour finir, et pour la première fois dans l'histoire des JO, c'est tout un club sportif qui sera honoré à travers un "relais collectif". Dans chaque ville-étape de la Flamme, un club a été choisi par le Comité d'organisation des Jeux olympiques, pour faire rayonner sa discipline et ceux qui la font vivre au quotidien. Dans le Doubs, c'est le Besançon Triathlon qui a été plébiscité, pour son engagement dans la pratique du paratriathlon.

Depuis 13 ans, l'association, qui compte 215 licenciés, organise l'étape française des championnats du monde de paratriathlon sur la plage d'Oselle. Un investissement conséquent pour le club doubiste. C'est d'ailleurs Sylvain Soyard, bénévole chapeautant cette compétition, qui a été désigné "capitaine" du relais. "J'aurais l'honneur de porter la Flamme, entouré de 23 autres membres du club" témoigne le natif de Chaux-lès-Port (Haute-Saône). "Ce sera un moment exceptionnel, que jamais je n'aurais cru pouvoir vivre".

Porter la Flamme, cela récompense tout le travail que le club fait depuis 13 ans en faveur du développement du paratriathlon. C'est une reconnaissance de tous nos efforts, et j'espère que cela encouragera les gens à venir supporter les paratriathlètes, tout en popularisant la discipline aux yeux du public. Les sportifs handisports le méritent.

Sylvain Soyard,

capitaine du "relais collectif" du Doubs des JO de Paris 2024, bénévole au club du Besançon Triathlon

Si nous vous avons présenté ci dessus dix relayeurs, il y aura en tout 100 porteurs de la Flamme olympique dans le Doubs.  Les 90 restants seront nommés dans les mois suivants par les partenaires privés des Jeux olympiques.

Pour rappel, voici le parcours complet de l'emblème olympique dans le Doubs. Si Besançon est la ville étape d'une Flamme en provenance de Chamonix et à destination de Strasbourg, cette dernière passera d'abord sous le célèbre tremplin de saut à ski de Chaux-Neuve. Elle traversera ensuite les communes de Pontarlier, Maîche et Montbéliard, avant d'arriver à Besançon en fin de journée. À noter que le gouffre de Poudrey et les falaises de Baume-les-Dames, deux sites emblématiques du département, verront aussi la Flamme.