Covid-19 : "Compliqué de vendre une voiture par téléphone", le blues des concessionnaires automobiles fermés

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Franche-Comté

La Fédération Nationale de l’Automobile lance à nouveau un cri d’alarme sur la situation dramatique du commerce automobile. Nous nous sommes rendus dans des concessions franc-comtoises, en difficulté à cause du confinement. Reportage.

En effet, ce secteur est, comme de nombreux autres, à l'arrêt depuis le confinement, en raison de la fermeture des concessions automobiles et du ralentissement général de l'ensemble des secteurs économiques français.  

La Franche-Comté est une terre industrielle et plus particulièrement dans le secteur de l'automobile en raison de l'implantation de Peugeot et de l'existence de nombreux sous-traitants. Dans notre région, les concessionnaires, en bout de chaîne, ne dérogent pas à la règle en temps de Covid-19. Ils ne peuvent plus accueillir du public pour l'achat de véhicules et tentent de trouver des solutions, comme la vente par téléphone. Difficile, quand il s'agit de produits qui coûte des milliers d'euros.

"C'est compliqué de vendre une voiture par téléphone. On essaie, mais bon une voiture à 10 000 ou 20 000 euros... c'est de l'argent. Pour une somme pareille, on a envie d'essayer le produit, de le toucher. Acheter un véhicule sans que le client puisse le voir, ça nous arrive en ce moment, mais c'est très dur" précise Fouad Saidi, directeur d'une concession à Pontarlier. Ce dernier parle d'une chute de 80 à 90% du volume de ventes de véhicules en 2020, par rapport à 2019.

Découvrez le reportage de Mary Sohier, Jean-louis Saintain et Jean-Pascal Maujard :
Covid-19 : le blues des concessionnaires automobiles
"Au-delà de la problématique de la baisse drastique des ventes des véhicules neufs que l’on évoque régulièrement, nous souhaitons attirer une attention particulière sur le marché du véhicule d’occasion. En temps normal, ce marché est 2,8 fois plus élevé que celui du véhicule neuf. Or le click & collect, qui se conçoit déjà difficilement pour le véhicule neuf, ne peut trouver à s’appliquer sur le véhicule d’occasion" prévient la Fédération Nationale de l'Artisanat Automobile dans un communiqué. Elle demande la réouverture des activités de vente de véhicules automobiles neufs et d’occasion, avec un protocole sanitaire renforcé.

Frédéric Barbier, député du Doubs, a écrit au Premier ministre. Il interpelle le gouvernement au sujet de la réouverture des concessions automobiles "dans un territoire où le secteur de l'industrie automobile concentre près d'un emploi sur deux". Le député, également Co-président du Club automobile et Mobilités, propose "la mise en place d'un protocole sanitaire strict pour permettre aux clients d'essayer des véhicules en concessions ou à proximité des ateliers de réparations restés ouverts."