Faurecia va regrouper ses activités sur son site d'Allenjoie dans le Doubs : 300 nouveaux emplois attendus

Faurecia a annoncé, vendredi 19 mars, investir 165 millions d’euros pour sa nouvelle plateforme d’Allenjoie (Doubs) qui réunira les activités des sites de Beaulieu-Mandeure et de Montbéliard. Trois cents nouveaux emplois sont attendus.

Site de Siedoubs de l'entreprise Faurecia à Montbéliard (Doubs).
Site de Siedoubs de l'entreprise Faurecia à Montbéliard (Doubs). © Lionel Vadam - Max PPP

"Ce site, qui emploiera à terme plus de 1 000 personnes, assurera la production de sièges, de solutions sophistiquées de réduction des émissions et de systèmes de stockage d'hydrogène", a annoncé Faurecia dans un communiqué. L’équipementier automobile français a indiqué, ce vendredi 19 mars, investir 165 millions d’euros sur sa nouvelle plateforme d'Allenjoie (Doubs), en regroupant les activités des sites de Beaulieu-Mandeure -échappement- et de Montbéliard -sièges auto.

En plus des sièges et des systèmes de réduction d'émissions, c'est donc une troisième usine qui fabriquera des systèmes de stockage d'hydrogène, une technologie dans laquelle l'équipementier a multiplié les investissements.

Création d’emplois

La "plateforme industrielle 4.0" d'Allenjoie, sur la zone industrielle de Technoland 2, présentée aux partenaires sociaux vendredi, prévoit un investissement total de 165 millions d'euros et la création de 300 nouveaux emplois "hautement qualifiés" pour ce site très automatisé et robotisé. Le transfert des deux sites de Beaulieu-Mandeure et de Montbéliard, soit 700 emplois au total, est prévu entre l'été 2021 et 2022.

Pour le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, "cette décision de Faurecia est une démonstration éclatante du dynamisme de notre filière automobile, et de l'attractivité industrielle très forte du territoire de Nord Franche-Comté". "Ce projet vient s'appuyer sur les compétences de la région de Belfort-Montbéliard et sa vallée de l'Energie comme pôle d'excellence en matière d'hydrogène", poursuit le ministre.

Je suis donc très heureux que France Relance puisse accompagner cet investissement majeur.

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie

Faurecia a également reçu 1,5 million d'euros de la part de la région pour sa nouvelle usine de réservoirs. "Cet investissement majeur démontre, qu'ensemble avec les pouvoirs publics, nous pouvons trouver en France des solutions industrielles répondant aux enjeux stratégiques de compétitivité, de préservation de l'environnement et de création d'emplois", déclare Patrick Koller, patron du groupe.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
technologies économie automobile