Montbéliard : " Il ne faut pas s’empêcher de vivre pour ça !" Sylviane Téodoro, ex-malade du cancer du sein

Une quinzaine de femmes guéries ou en cours de traitement du cancer du sein ont pu oublier leur maladie le temps d’un après-midi. Elles ont fait un parcours en voitures américaines, comme "une parenthèse enchantée". La vie « grandeur made in USA » !

Dans le cadre d’Octobre Rose, mois du dépistage du cancer du sein, le club des amateurs de voitures américaines a proposé à la Ligue contre le Cancer une opération « spéciale détente ». Arnaud Bastien, Président du "Family motors club" explique : « C’est une belle action où les femmes participent, on y tenait. Si on peut leur offrir une parenthèse enchantée..

Ce samedi 23 octobre à Montbéliard, la semaine prochaine à Belfort… Ces dames ont une quinzaine de voitures américaines, anciennes ou récentes, à leur disposition.

Comment vivre avec...

Marie-Claire Vassileiou, psychologue à la ligue contre le cancer, raconte les difficultés rencontrées par ces femmes : « Déjà, il y a l’annonce du cancer. C’est un choc. Tout change. Même le regard des autres change. La femme n’est plus vue comme une femme mais comme une malade. Je leur conseille de vivre le plus normalement possible, autant que possible. Bien sûr, il y a la fatigue, les opérations, la chimio, la radiothérapie, c’est un parcours du combattant ! Mais il faut continuer ses activités, ses tâches quotidiennes.»

Cette professionnelle de l’écoute ne trouve que des avantages dans ce type de manifestation proposé aux femmes, "cette parenthèse enchantée". Elle constate : « Un groupe comme celui-là leur permet d’échanger entre elles. L’une est en rémission totale, d’autres sont encore en traitement. Partager les expériences peut aussi motiver ! »

Le cancer du sein de Sylviane Téodoro a été détecté en 2018. Elle s’estime en rémission. Elle est heureuse de retrouver « les filles avec lesquelles on a fait le traitement. Que du bonheur ! » Et la balade en voiture ? «  Cela permet d’oublier ses soucis. ». Sa maladie, elle a choisi de la vivre le « plus normalement possible ». Elle revient sur ses mois si particuliers dans sa vie : « Je ne voulais pas que les autres me voient que comme une malade. Je ne voulais pas qu’ils me plaignent. J’ai tout fait pour qu’on ne me plaigne pas. J’ai vécu comme j’ai voulu. Il faut aller de l’avant, vivre. Il ne faut pas s’empêcher de vivre pour ça ! »

Reportage : R. Advocat, L. Brocard et C. Seytre - avec en interview : Arnaud Bastien, Président du "Family motors club" Sylviane Téodoro, ancienne malade Et Marie-Claire Vassileiou, Psychologue à la ligue contre le cancer

La Ligue contre le cancer rappelle que plus un cancer est diagnostiqué tôt, plus les chances de survie sont importantes. Concernant le cancer du sein, si la découverte de la grosseur intervient avec 1 centimètre, 9 femmes sur 10 en guérissent. Et pris tôt, le cancer nécessite des traitements beaucoup moins invasifs.

Voir le reportage sur les mammographies et la campagne de dépistage pour les femmes âgées de 50 à 74 ans.

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cancer santé société