• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Pendant trois jours, les Amérindiens, venus d’une vingtaine de nations, ont partagé leurs traditions avec le public de cette 5e édition du Pow Wow organisé par l’association Fourwinds.

CHRISTIAN LARQUÉ, UNE VIE ENTIÈRE POUR DIFFUSER LA CULTURE AMÉRINDIENNE

Depuis l’âge de dix ans, Christian Larqué est passionné par les Amérindiens. Des peuples qui luttent pour préserver leur langue, leur spiritualité et leurs traditions. Dans la famille de Christian Larqué, ces luttes avaient une certaine résonance. D’origine gasconne, Christian Larqué partageait cette volonté de conserver une langue. Après de multiples voyages sur le continent américain, Christian Larqué a créer l’association Fourwinds pour diffuser cette culture qui le fascine. « J’adore les autres, s’exclame-t-il. J’aime les gens qui ne sont pas comme moi ! »
Christian Larqué, président de Fourwinds
Christian Larqué, président de Fourwinds

Nous lui avons demandé de nous expliquer les principaux symboles de la culture amérindienne  à partir de photos prises lors du Pow Wow et dans les allées de cet événement organisé au coeur de la vallée de la Loue. Un milieu naturel particulièrement apprécié par les Amérindiens.

LES ATTRAPE-COEURS

Atelier pour enfants : fabrication d'un attrape-coeur
Atelier pour enfants : fabrication d'un attrape-coeur

A lui tout seul, le symbole de l’attrape-coeur permet de poser un pied dans la culture amérindienne. Les enfants ont pu fabriquer leur attrape-coeur lors des ateliers organisés par les Maisons Familiales et Rurales et la médiathèque d’Ornans.
Cette tradition vient des Amérindiens du Québec. La légende dit que l’araignée Iktomi est une espèce de malin qui fait aussi bien des gentilles farces que de mauvais tours. On place l’attrape-coeur au dessus du lits des enfants. Ce qui est tissé représente une toile d’araignée pour arrêter les mauvais rêves. La plume installée sous la toile indique le chemin des beaux rêves vers l’enfant. Le matin, le soleil brûle les mauvais rêves.
Atelier pour enfants : fabrication d'un attrape-coeur, le rôle de la plume est fondamentale / © isabelle brunnarius
Atelier pour enfants : fabrication d'un attrape-coeur, le rôle de la plume est fondamentale / © isabelle brunnarius

Aujourd’hui, cette tradition est répandue chez tous les Amérindiens. Mais, ils ont affaire à une concurrence déloyale : de nombreux attrape-coeurs sont fabriqués en Chine et exporter vers l’amérique. Ils sont vendus environ 1 euro ! 

LES TIPIS

L’association Fourwinds n’a pas pu installer des tipis complets sur le site du Powwow. Mais, même sans leur deuxième « peau », les visiteurs pouvaient trouver une forme de fraîcheur en se réfugiant dessous cette tente traditionnelle. En fait, il y a deux toiles qui laissent passer l’air; cela permet une bonne isolation et le maintien d’une température constante sous le tipi.
Tipi du Pow Wow d'Ornans / © isabelle brunnarius
Tipi du Pow Wow d'Ornans / © isabelle brunnarius

LES REGALIA

Plumes sacrés des Regalia / © isabelle brunnarius
Plumes sacrés des Regalia / © isabelle brunnarius

Regalia est le nom donné aux vêtements et accessoires portés par les Amérindiens. Ils ont un caractère sacré. Avec le développement des Pow Wow, les costumes sont devenus de plus en plus colorés, en particulier ceux pour les danses Fancy. 
Les petites clochettes cousues sur les robes sont là pour apporter la santé.
Des clochettes pour préserver la santé / © Isabelle Brunnarius
Des clochettes pour préserver la santé / © Isabelle Brunnarius
​​​​​​​

L'ENCENS

Chaque peuple amérindien a ses coutumes particulières mais certaines traditions sont partagées par tous. C’est le cas du rite de purification. Les Amérindiens font brûler des herbes sacrés comme le tabac, la sauge, le foin. Au début du Pow Wow, le cercle est purifié des souillures apportées par les hommes. Les tambours sont également bénis.
 
L'encens pour purifier le cercle du Pow wow / © isabelle brunnarius
L'encens pour purifier le cercle du Pow wow / © isabelle brunnarius

LES LUTTES ENVIRONNEMENTALES

Qu’ils soient du Nord ou du Sud, les Amérindiens luttent pour préserver leur environnement. Ce 5e Pow Wow d’Ornans a une tonalité particulièrement politique. Lors des conférences du matin, les Amérindiens ont dénoncé la dégradation de la qualité des eaux de leurs rivières, l’exploitation de l’or qui détruit le milieu naturel, la profanation des terres sacrées traversées par des pipelines. Le combat de Standing Rock est emblématique de cette lutte.
Les Amérindiens luttent pour préserver leur environnement / © isabelle brunnarius
Les Amérindiens luttent pour préserver leur environnement / © isabelle brunnarius

LES TEKO, DES AMERINDIENS FRANÇAIS VENUS DE GUYANE

Titine Cachine, Teko de Guyane / © isabelle brunnarius
Titine Cachine, Teko de Guyane / © isabelle brunnarius

Les Teko ont failli disparaître. Ils vivent au coeur de la forêt amazonienne au bord des rivières. Plusieurs de leurs répresentants sont venus à Ornans présenter leur culture. Les chercheurs d’or illégaux menacent leur territoire et polluent leur environnement. Nous avons rencontrer Lucien Panapuy et sa famille. Il a la double culture. Il ne veut pas que sa langue, ses peintures corporelles temporaires tombent dans l’oubli. Et à la fois, ils se sont installés à Cayenne pour que leur fils aîné puisse poursuivre ses études au lycée. 
 
Lucien Panapuy et sa famille, Tekos de Guyane / © isabelle brunnarius
Lucien Panapuy et sa famille, Tekos de Guyane / © isabelle brunnarius

L’AIGLE

Ce symbole typique des Amérindiens est presenté par Raymond Launière, venu du Canada. C’est l’aîné des invités au Pow Wow d’Ornans. « S’il y avait un téléphone entre Dieu et les hommes, cela serait une plume d’aigle, m’explique Christian Larqué » ! La plume d’aigle est sacrée, elle vole jusqu’au ciel. Et si jamais, l’une d’entre elles tombent lors d’un Pow Wow, le rassemblement s’arrête net. Il faut qu’un homme-médecine intervienne pour resacriliser la plume, souillée après avoir touché le sol. 
L'aigle, l'ami des Amérindiens porté par le doyen canadien Raymond Launière / © isabelle brunnarius
L'aigle, l'ami des Amérindiens porté par le doyen canadien Raymond Launière / © isabelle brunnarius

LE CERCLE

Chez les Amérindiens, tout est dans le cercle ! Le soleil, la pleine lune propice aux célébrations, le lieu du Pow Wow. Les spectateurs du Pow Wow ne peuvent pas du tout franchir le cercle. L’an dernier, lors de la marche de l’eau au bord de la Loue organisé pour purifier la rivière, le seau d’eau devait être posé, à chaque étape, au centre d’un cercle de cailloux.
 
Le symbole du cercle est très présent dans la culture amérindienne / © isabelle brunnarius
Le symbole du cercle est très présent dans la culture amérindienne / © isabelle brunnarius

KAYRA MEETOS, NÉE AVEC LE POW WOW D’ORNANS

Kayra Meetos a grandi de Pow Wow en Pow Wow / © isabelle brunnarius
Kayra Meetos a grandi de Pow Wow en Pow Wow / © isabelle brunnarius

Certains Amérindiens sont fidèles au Pow Wow d’Ornans. Kayra Meetos était dans un berceau lorsque ses parents sont venus au premier rassemblement. Ils font partie de la tribu des Cree du Canada. Aujourd’hui, elle danse lors des Pow Wow ! 
Fawn Galvan vient aussi régulièrement à Ornans. L’an dernier, elle avait coorganisé avec d’autres femmes la marche de l’eau au bord de la rivière pour purifier la Loue. 
 
Fawn, fidèle parmi les fidèles des Pow Wow d'Ornans / © isabelle brunnarius
Fawn, fidèle parmi les fidèles des Pow Wow d'Ornans / © isabelle brunnarius

LA LIBERTÉ DANS UN CADRE

Il n’y a pas plus libre qu’un Amérindien ! Il fait ce qu’il veut quand il veut ! En revanche, l’éthique de ces peuples est très balisée. En somme, ils sont libres dans un cadre strict.
 
Pow Wow d'Ornans, un rassemblement traditionnel / © isabelle brunnarius
Pow Wow d'Ornans, un rassemblement traditionnel / © isabelle brunnarius