PSA va verser 2.400 euros minimum d'intéressement à ses salariés

Carlos Tavares, PDG de PSA Peugeot Citroën, lors de la conférence de presse du 1er mars 2018 / © CHRISTOPHE PETIT TESSON/MaxPPP
Carlos Tavares, PDG de PSA Peugeot Citroën, lors de la conférence de presse du 1er mars 2018 / © CHRISTOPHE PETIT TESSON/MaxPPP

Le constructeur automobile PSA, qui a publié jeudi un bénéfice net "record" pour 2017, va verser à ses salariés une prime d'intéressement de 2.400 euros minimum, a annoncé le président du directoire du groupe Carlos Tavares.

Par AFP

"Au titre de l'intéressement 2017, le montant qui va être distribué à nos collaborateurs en valeur moyenne sera de 2.600 euros, avec une valeur plancher à 2.400", a déclaré M. Tavares sur RTL.
Si le patron de PSA n'a pas précisé s'il s'agissait d'un montant brut ou net, le CFTC-PSA a évoqué dans un communiqué un montant minimum de "2.400 euros net", une moyenne de "2.552 euros net" et un maximum de "3.457 euros net".

Le député LREM, de la 4e circonscription du Doubs, Frédéric Barbier, se réjouit de cette prime qui "traduit l’excellente santé de l’industrie automobile et les résultats exceptionnels de la marque."

L'année précédente, l'intéressement avait été au minimum de 2.000 euros net, après 1.650 euros net l'année d'avant. Saluant les "collaborateurs d'une rare excellence" du groupe PSA, Carlos Tavares a assuré que "depuis quatre ans", le montant de leurs "rémunérations variables" a été "multiplié par quatre" et que "de 2006 à 2016", "un milliard d'euros a été redistribué" aux salariés du groupe, soit "à très peu de choses près" autant que les "dividendes à nos actionnaires".
Le constructeur a annoncé jeudi un bénéfice net "record" à 1,9 milliard d'euros pour 2017, en hausse de 11,5%, malgré le rachat d'Opel l'été dernier qui a pesé sur la rentabilité du groupe.

Pour la CGT PSA de Sochaux, "cette prime ne cache pas le blocage des salaires qui dure depuis des années". Pour le syndicat, la date de cette annonce n'a pas été prise au hasard : "la direction choisit d’annoncer les bénéfices après les négociations salariales ! Comment peut-on appliquer des mesures de départ et ne pas embaucher alors que l’entreprise se porte bien ? Nous demandons une augmentation générale forte et pour tous (Intérimaires compris) en plus du versement de cette prime d’intéressement."


     

Sur le même sujet

Yonne : une opération contre l’immigration clandestine

Les + Lus