• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Rentrée scolaire : quand les écoles doivent se battre pour leurs classes

À l'école Charles Péguy de Pontarlier, les parents se mobilisent pour conserver la septième classe de l'école / © Jean-Louis Saintain/France 3 Franche-Comté
À l'école Charles Péguy de Pontarlier, les parents se mobilisent pour conserver la septième classe de l'école / © Jean-Louis Saintain/France 3 Franche-Comté

Dans le Doubs, la rentrée n'est pas sereine partout. Dans certaines écoles, les effectifs sont au maximum. Parents et enseignants se mobilisent pour obtenir l'ouverture ou le maintien d'une classe. 

Par Margaux Tertre

Jusqu'à 29 élèves par classe et au minimum 26. À l'école Saint-Claude à Besançon, les classes sont bien, et même trop remplies en ce premier jour de rentrée. Depuis la fermeture de la 13ème classe annoncée en juin dernier, les enseignants et les parents sont inquiets pour la qualité d'enseignement et d'apprentissage. Pour protester sans trop affecter la rentrée, les professeurs ont entamé la journée avec quinze minutes de retard.
Le directeur académique avait promis sa réouverture si le seuil de 324 élèves était dépassé. Ce 3 septembre, ils étaient 327 inscrits. L'école Saint-Claude devrait donc retrouver sa 13ème classe et une relative tranquillité.

Tous n'auront peut-être pas cette chance. À Pontarlier, l'école Charles Péguy craint pour sa septième classe. Cette année, six enfants manquent pour la maintenir ouverte. Patrick Genre, le maire de la ville, se bat aussi pour la garder arguant l'arrivée à proximité de nouveaux habitants en octobre grâce à l'ouverture d'un lotissement. La réponse devrait arriver dès mardi 4 septembre dans l'école. 

Les parents de l'école des deux communes Etrepigney et Plumont dans le Jura se battent eux aussi pour obtenir la réouverture d'une troisième classe. Pour les parents d'élèves, deux classes, c'est trop peu. Ils manifestaient ce lundi devant le rectorat à Besançon pour dire "non aux enfants sardines". 

Sur le même sujet

Décès de Nilda Fernández : le chanteur franco-espagnol a vécu 5 ans dans l’Yonne

Les + Lus