"Le projet n'est pas viable en National" : pour le clan Peugeot, la Ligue 2 sinon rien

Alors que le FCSM est dans l'attente de la décision du tribunal administratif quant à son avenir, Me Cotret, avocat de Romain Peugeot, candidat à la reprise du club, a annoncé à France 3 Franche-Comté que son client ne pourrait pas soutenir le club en National 1.

"Non, le projet de Romain Peugeot pour le FCSM n'est pas viable en National 1". Laurent Cotret, un des avocats de l'arrière-petit-fils du fondateur du club, a été très clair. Contacté par France 3 Franche-Comté jeudi 3 août après la "non-décision" de la Fédération française de football concernant le FC Sochaux, Me Cotret l'assure, "en cas de maintien en troisième division, nous serons obligés de nous désengager du club".

Plus de charges, moins de recettes

Pourquoi ? "En National 1, le nombre de fonds à apporter pour combler les trous laissés par la direction précédente seront beaucoup trop importants" continue l'avocat. "Pour faire simple, nous aurons autant de charges, mais beaucoup moins de recettes, notamment au niveau des droits TV. Ce n'est simplement pas tenable".

La conséquence de cette déclaration : si dans les prochains jours, le tribunal administratif n'autorise pas le FCSM à repasser devant la DNCG, le club sera sans douteobligé de déposer le bilan. Les Sochaliens évolueraient ainsi en National 3, voir en Régional 1, et perdraient ainsi leur statut professionnel. 

Un cataclysme pour le plus ancien club de football français : la plupart des 150 employés du FCSM se retrouveraient sans emploi. Le centre de formation sochalien, réputé pour sa qualité, fermerait lui aussi ses portes. Le scénario catastrophe...

C’est donc désormais toute une région qui est suspendue à la décision du tribunal administratif de Paris. 

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité