Stellantis Sochaux :  pénurie de semi-conducteurs, l’usine de nouveau à l’arrêt le 29 mars

L’usine de Sochaux (Doubs), ex-PSA arrêtera à nouveau ses chaînes de production la nuit du 28 au 29 mars, et le 29 mars toute la journée. C’est la seconde fois que ce scénario se produit en quelques jours.
L'usine Stellantis à Sochaux (Doubs)
L'usine Stellantis à Sochaux (Doubs) © LIONEL VADAM / MAXPPP

Pas de pièces, pas de voitures qui sortent des lignes de production. Une usine à l’arrêt total. Sochaux avait déjà été touché par des problèmes ponctuels d’approvisionnement. Et, le 16 mars, l’usine historique de Peugeot avait dû interrompre sa production une journée entière. Au cumul, cette pénurie avait empêché la production d'environ 3.500 véhicules sur le site, qui fabrique les Peugeot 308, 3008 et 5008 et l'Opel Grandland X, avait ajouté le porte-parole du site.

L’ensemble de l’industrie automobile est touchée depuis des semaines par des pénuries de pièces, puces et d'autres composants électroniques, fabriqués en Asie. Ces semi-conducteurs sont présents dans nos smartphones, mais aussi dans les systèmes d’intelligence artificielle des voitures. 

Le "cerveau" de l’automobile en rupture de stock

C’est LA pièce indispensable dans une voiture : la puce ou le composant électronique qui fait fonctionner le véhicule, gère le tableau de bord, la climatisation, le GPS, le bluetooth Et ce « cerveau » de l’auto qui vient à manquer. En effet, selon le syndicat FO métaux Sochaux, 70 % de ces semi-conducteurs sont fabriqués par TSMC une entreprise de Taïwan, .

Quand, en début de crise du Covid-19, l’automobile a connu une baisse de régime, TSMC a trouvé d’autres marchés, qui eux étaient en plein boom justement à cause de l’épidémie : les téléphones, les consoles de jeux et les ordinateurs. De plus, ces produits sont beaucoup mieux rémunérés.

Les fabricants de semi-conducteurs, essentiellement situés en Asie, peinent aujourd’hui à répondre à la demande mondiale du secteur automobile où la production a repris et la demande est forte. Même aux USA, General Motors a dû fermer plusieurs jours des usines.

Les ateliers de fabrication des Peugeot 308, 3008, 5008 et Opel Grandland X de l'usine de Stellantis Sochaux (ex-PSA)
Les ateliers de fabrication des Peugeot 308, 3008, 5008 et Opel Grandland X de l'usine de Stellantis Sochaux (ex-PSA) © LIONEL VADAM / MAXPPP


Des milliers de voitures ne seront pas produites à Sochaux

À Sochaux, le scénario de l’arrêt de la production se profile à nouveau pour la fin mars. “C’est toujours les semi-conducteurs qui manquent, la direction nous dit qu’elle n’a pas de visibilité sur le moment où l’approvisionnement redeviendra normal” explique Jérôme Boussard, secrétaire général CGT Stellantis Sochaux. Une nuit et une journée de production ne se feront pas. “1600 à 1800 voitures sortent en une journée, 1200 environ en une nuit” précise le syndicaliste. FO regrette que la direction de PSA impose un jour de congés aux salariés au lieu de puiser dans le système de modulation du temps de travail. “Les congés nous appartiennent, ce n’est pas notre faute si les pièces manquent” ajoute la CGT. 


Une pénurie qui touche toute l’industrie automobile

La FIEV, fédération des équipementiers automobiles français qui regroupe 300 sociétés, s'alarme "des conséquences de la pénurie des semi-conducteurs, qui, conjuguées avec d'autres tensions sur les prix de certains composants et matières premières, fragilisent l'ensemble de l'appareil productif". 

Plus de la moitié des sociétés interrogées a dû suspendre des lignes de production, et près d'un tiers a mis ses salariés en activité partielle.

Avant Sochaux, le site de PSA  Rennes-La Janais, qui produit la Peugeot 5008 et le C5 Aircross, avait déjà été arrêté vendredi 12 et lundi 15 mars en raison d'un problème d'approvisionnement de pièces.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
psa automobile économie covid-19