"Un enfer" : dans le Haut-Doubs, le ras-le-bol des travaux sur la RN 57

D’importants travaux de canalisation sont, de nouveau, prévus du 2 mai au 17 septembre sur la route nationale 57 reliant la Suisse à Pontarlier à la Cluse-et-Mijoux dans le Doubs. Des commerçants et professionnels de santé de la commune ont lancé une pétition en proposant des alternatives.

On prend les mêmes et on recommence : à la Cluse-et-Mijoux, dans le Haut-Doubs, la route nationale 57 sera de nouveau fermée pour plusieurs mois, à compter du 2 mai. Jusqu'au 17 septembre, des travaux de rénovation de cet axe majeur entre Pontarlier et la Suisse sont prévus. 

Personne à la Cluse-et-Mijoux ne remettra en cause la teneur des travaux. Mais beaucoup y ont déjà goûté l'année passée lors de la réhabilitation du pont de la Tuilerie. Ces futurs travaux sur une route passante et sur la seule route permettant de traverser le Haut-Doubs sont vus d’un mauvais œil. Inquiets, les commerçants, les usagers, mais aussi les habitants et les soignants se mobilisent et cherchent des solutions.

"Ça va être un enfer" 

Les travaux auront lieu sur un tronçon de la RN57 d'un peu plus d'un kilomètre, entre le pont et la sortie de la commune. Une pétition, à l'initiative des commerçants, circule en ligne et dans les magasins. Elle a déjà recueilli plus de 1000 signatures.

Cette route est bien plus qu'un simple morceau de bitume ; elle est le lien vital qui assure une bonne qualité de vie à tous et maintient nos commerces connectés et prospères.

Pétition "Non à la fermeture de la RN57"

"Y'en a marre de leurs travaux", "ça va être un enfer", "la galère pour nos enfants d'aller à l'école à Pontarlier depuis les Fourgs [...] des bouchons interminables", "On en a marre déjà de faire des 1h en temps normal et l'année dernière, c'était un scandale sur le temps perdu"... Dans les commentaires de la pétition, les usagers ne cachent pas leur agacement. "Je fais comment pour voir mes parents et faire garder mes enfants si vous coupez la route ?" s'interroge une habitante. 

Des alternatives ?

Dans la pétition, les commerçants et les professionnels de santé montrent leur opposition à la fermeture de la route nationale. Ils ont fait plusieurs propositions. Notamment celle des travaux de nuit. Ils font fi des bruits nocturnes, pourvus que leur activité ne soit pas perturbée. "Nous proposons notamment que les travaux se fassent de nuit, tout en assurant une libre circulation en journée, avec ou sans feux alternatifs" peut-on lire dans cette pétition.

En 2023, les patients ont déserté la maison médicale installée au bord de la route de la Cluse-et-Mijoux. Le gérant s’inquiète de ces nouveaux travaux à venir.

Là, on nous annonce à nouveau des travaux, il aurait été possible que les services de l’Etat se concertent et puissent travailler en même temps pour le bien-être de tous les usagers du secteur et de la route.

Nicolas Kury, gérant de la maison médicale de Joux

À quelques mètres de là, la pharmacie de Jérôme Bixel a vu son chiffre d’affaires baisser de plus de 30% lors de la fermeture de la route l’an dernier. Il dénonce un manque de communication sur la suite des opérations.

On n'est pas du tout prévu dans leur organigramme. Ce n'est pas leur problème : la population, les commerçants, c'est après alors que ça devrait être l'inverse. On devrait tous se mettre autour d'une table.

Jérôme Bixel, pharmacien à la Cluze-et-Mijoux

Beaucoup de flou donc pour les prochains mois. Du côté économique, mais aussi sur la forme que prendront les perturbations. Route fermée avec déviation, route à sens unique ou route avec des feux de circulation, tous attendent des informations.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité