Echinococcose : c'est la faute du renard !

Echinococcose : le renard en cause / © Andrew Marshall Media Drum World Maxppp
Echinococcose : le renard en cause / © Andrew Marshall Media Drum World Maxppp

La Franche-Comté est l'une des régions de France les plus concernées par cette maladie parasitaire qui a pour origine des animaux domestiques et les renards. Gare à la cueillette de pissenlits, mûres et aux myrtilles ! L'echinococcose détruit le foie, quelques fois de manière irrémédiable. 

Par Catherine Eme-Ziri

Mise à jour. Une récente étude donne un nouvel éclairage sur cette maladie, en savoir plus : Doubs : un collectif part à la défense du renard roux.

L'échinococcose alvéolaire : une maladie parasitaire particulièrement virulente en Franche-Comté. Son développement se poursuit, malgré des campagnes de sensibilisation. elle touche aussi des régions voisines comme l'Alsace ou la Lorraine.

Elle est transmise d'animaux ou plantes à l'homme par un ver, l'échinocoque. 
Ce parasite loge chez nos animaux domestiques comme le chat ou le chien. Il est également présent dans des plantes à moins de 30 centimètres du sol : les pissenlits, les mûres, les fraises ou encore les myrtilles. Ces plantes sont souillées par les excréments de renards ou rongeurs.

Cette maladie peut mettre des années avant de se déclarer chez l'homme, puis elle détruit les organes, notamment le foie. Dans ce cas, la partie contaminée du foie est enlevée ou le malade subit une greffe du foie. 

Dans ce reportage, on suit Antoine Courgey, un miraculé de la maladie. Il y a 30 ans, cet ancien coiffeur bisontin a été atteint par l'échinicoccose.

Invitée du journal de 19 heures ce soir : Laurence Million, professeure de médecine, parasitologue.

Echinococcose : c'est la faute du renard !
L'echinococcose est une maladie parasitaire très répandue en Franche-Comté. Portrait d'un miraculé de cette maladie Reportage : M. Stevenson, D. Martin et I. Bahloul Avec en interview : Antoine Courgey , Ancien malade d'échinococcose, Christiane Courgey, son épouse et Carine Richou, Docteur du service hépatologie au CHRU de Besançon

 

Sur le même sujet

Prévention de l'obésité dans l'Yonne

Les + Lus