Emploi des cadres en 2021 : quels sont les secteurs qui recrutent en Bourgogne-Franche-Comté ?

Pour les diplômés Bac +3 et plus, les cadres commerciaux ou de production industrielle sont les plus recherchés ainsi que les postes en Recherche & Développement. L'Hôtellerie-restauration, le bâtiment et la santé ont aussi besoin de salariés.

© Jean-Luc Flémal/MAXPPP

D’après l’étude en Besoins en Main d’œuvre pour 2021 de Pôle Emploi, le niveau de recrutement en Bourgogne Franche-Comté devrait être le même en 2021 qu’en 2019 mais pour les cadres, les prévisions sont encore loin de retrouver leur niveau d’avant-crise sanitaire. En particulier en Bourgogne-Franche-Comté.

Pôle Emploi ne communiquera que la semaine prochaine le détail en besoins de main d’œuvre dans notre région, recueilli auprès de  plus de 22 000 employeurs, mais déjà, on peut connaître les grandes tendances de recrutement.

Des emplois dans les services

Dans le Top 20 des métiers qui recherchent des salariés, ceux liés à la vigne arrivent en tête mais 95% des postes sont saisonniers en raison de la période des vendanges. Viennent ensuite, les agents d’entretien, les aides-soignants et le secteur de l’animation socioculturelle.

L’agence Pôle emploi travaille actuellement avec les employeurs de l’Hôtellerie-Restauration pour les aider à recruter en cette période de reprise d’activité.

A noter que 53% des intentions de recrutement dans nos régions sont pour des postes en CDI et 16,3% pour des CDD de plus de six mois.

D’après l’enquête annuelle de l’APEC (Association pour l’Emploi des Cadres),  les cadres n’ont pas été épargnés dans la région. 4630 cadres devraient être recrutés cette année. Les prévisions d’embauches sont dans les services (55%)  et l’industrie (30%). Le faible taux dans notre région pour les postes en informatique s'explique par la faible présence de sièges sociaux dans notre région. En fait, il y a des offres mais elles ne sont pas comptabilisées.

© APEC

Ces embauches de cadres devraient progresser de 2% par rapport à 2020 mais après avoir chuter de 22% entre 2019 et 2020.

Des intentions inférieures à celles exprimées au niveau national : 8% de plus qu’en 2020. En tant que région industrielle, la Bourgogne-Franche-Comté fait partie des régions qui ne bénéficient pas du redémarrage attendu.

© APEC

Malgré le dispositif #1jeune1solution, les jeunes diplômés sont particulièrement touchés par les conséquences de la crise sanitaire.

Dans notre région, les offres d’emploi pour les cadres ayant moins d’un an d’expérience ont chuté de 24% entre décembre 2019 et décembre 2020 alors que pour l’ensemble des cadres, cette chute n’est que de 7%.


En Bourgogne Franche-Comté,  1300 jeunes diplômés ont été accompagnés au cours du premier semestre pour leur recherche d’emploi. Un dispositif qui devrait se prolonger.

Mais, d’après une enquête nationale de l'APEC, beaucoup de jeunes (64%) sont contraints de prendre un travail qui ne correspond pas à leur formation initiale.

En France, leur taux d’insertion professionnelle un an après leur sortie d’études est passé de 85% à 69% pour les Bac+5.

Outres les jeunes, les entreprises ne recrutent pas en priorité les cadres « seniors ». Pour ceux qui ont plus de 15 ans d’expérience, seules 16% des entreprises interrogées par l’APEC ont l’intention des les recruter en 2021.

Prochainement, l’APEC avec le conseil régional et Pôle Emploi, devraient encourager les employeurs à se départir de leurs « clichés » en les incitant à embaucher des jeunes diplômés ou des cadres expérimentés.

Avec la crise sanitaire, la mobilité des salariés est en pleine mutation. En particulier pour les cadres. Le télétravail s’est développé, des salariés qui aspirent à vivre plutôt dans des villes moyennes. Comment la Bourgogne-Franche-Comté va-t-elle pouvoir tirer son épingle du jeu ? Notre région industrielle va-t-elle, enfin, réussir à attirer des cadres ? Le léger rebond de 2% des prévisions d’embauches de cadres en 2021 ne doit pas cacher une autre statistique : dans notre région, les créations de nouveaux postes pour les cadres ont diminué de moitié par rapport à 2019 alors que les départs à la retraite progressent seulement de 8%.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie