Énergies renouvelables : la filière photovoltaïque se développe en Bourgogne-Franche-Comté

Illustration. / © Pixabay
Illustration. / © Pixabay

En Bourgogne Franche-Comté, comme partout en France, la filière du solaire photovoltaïque se développe. En particulier les projets de centrales solaires, aussi appelées fermes ou parcs solaires.

Par M. F.

La ferme solaire de Massangis, dans l'Yonne, est l'une des plus grandes de France : 700 000 panneaux sur plus de 140 hectares. L'électricité produite chaque année sur ce site correspond à la consommation d'une ville de 26 000 habitants. Et sous le soleil de septembre, la centrale tourne à plein régime.

Le responsable d'exploitation est satisfait, le maire de Massangis aussi. Depuis l'installation de la centrale en 2012, la commune n'en tire que des bénéfices. "350 000 euros de recettes fiscales pour une commune de 300 habitants, précise Xavier Courtois, élu Les Républicains. Initialement, les recettes fiscales de la commune, c'était 100 000 euros. Nous passons à 450 000 euros. Vous voyez un petit peu la marge de progression pour nous."

De quoi inspirer d'autres collectivités. Même si la production solaire ne couvre encore que 1,5 % de l'électricité consommée dans la région, les choses sont en train de changer et les projets se multiplient. La puissance installée a même fait un bond de 22 % en 2018, un record en France.
 
Énergies renouvelables : la filière photovoltaïque se développe en Bourgogne-Franche-Comté
En Bourgogne Franche-Comté, comme partout en France, la filière du solaire photovoltaïque se développe. En particulier les projets de centrales solaires, aussi appelés fermes ou parcs solaires.
 

Des panneaux sur une décharge

Le parc solaire de Pontailler-sur-Saône et Drambon est le dernier à avoir été inauguré en Bourgogne. Ici, c'est une ancienne décharge qui a été reconvertie, elle ne sera pas la seule. Sur les dix grands projets de centrale récemment validés dans la région, plusieurs sont dans le même cas. Un vrai choix des services de l'État.

"La priorité est de lutter contre l'artificialisation des sols. Et donc de privilégier l'installation des parcs sur ce qu'on appelle des sites dégradés : des anciennes décharges, des sites pollués, des anciennes carrières. Donc c'est quelque chose qui, dans les appels d'offre de la commission de régulation de l'énergie, est d'ailleurs bonifié. On essaie de privilégier ce type de projets", indique Sébastien Crombez, le responsable de la mission climat-air-énergie à la Dréal Bourgogne-Franche-Comté.

Des parcs solaires vont voir le jour à Dijon, Til-Châtel, Decize ou Saint-Yan. De quoi confirmer la montée en puissance du solaire, sans toutefois rivaliser avec Massangis. La première centrale photovoltaique bourguignonne reste la plus vaste et sans doute pour longtemps.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus