FEUILLETON. Fascinant, fragile, parfois agressif... à la rencontre du grand tétras dans le massif du Jura

L'oiseau a fait le buzz ces dernières semaines. Le plus gros des gallinacés d’Europe a déjà disparu des Alpes. Il en reste 250 environ sur le massif du Jura. 

Le grand tétras vit dans le massif du Jura
Le grand tétras vit dans le massif du Jura © Marceau Duraffourg

C’est un oiseau rock’n roll. Avec ses yeux charbon, son sourcil rouge sang, son tempérament de braise, le paon jurassien détonne un peu dans le paysage, surtout en hiver. Son comportement déroute aussi. Prise de bec ou roucoulades, voilà ce que les skieurs retiennent de lui. Nous n’avons pas de prétention au reportage animalier. On a juste voulu voir un peu plus loin que les vidéos voyageuses et forcément trompeuses qui filent sur les réseaux sociaux. La question finale ? Quelle place pour le grand tétras aujourd’hui dans les massifs du Jura et dans notre imaginaire.

Avec une intuition. Peut-être a-t-il très peur qu’on comprenne qui il est véritablement. Et si derrière le design prononcé et futuriste se cachait une personnalité douce et prévenante…

Le grand tétras, de très près…

Tout le monde a entendu parler de lui. Qui ne connait pas l’homme qui a vu l’homme qui a vu… le grand tétras. On a retrouvé le skieur qui a croisé cet hiver le grand tétras et qui l’a filmé de très près (20 cm). Cette vidéo, envoyée à un seul ami, a enflammé les réseaux sociaux. Le skieur fut le premier surpris par la viralité de ces images. Dans sa jeunesse, en Suède, il avait déjà croisé à plusieurs reprises des tétras et connaissait donc un peu le langage GT. Cette fois-ci, la rencontre fut encore plus surprenante selon lui. Il est vrai que l’animal et l’homme semblent échanger. Un tétras conciliant, curieux. Ce qui n’est pas toujours le cas. Parfois, le plus gros des gallinacés d’Europe se montre agressif. Près des Rousses, Irénée (80 ans) a eu affaire au Tétras vengeur, qui sans doute défendait son territoire. Coups de bec, coups d’aile, le tétras peut parfois engueuler le monde entier. L’occasion d’entendre son cri. Rauque toujours, entrecoupé de claquements de bec.

FEUILLETON. 1/4 Fascinant, fragile, parfois agressif... à la rencontre du grand tétras dans le massif du Jura ©reportage d'Emmanuel Rivallain, Florence Petit, Vincent Grandemange, Guillaume Bessaa et Pierre Mayayo avec Irénée Cretin, habitant des Rousses

Grand tétras, grande détresse

Le grand tétras est-il fou ? Les termes « coq mou », « coq fou » apparaissent souvent dans les commentaires sur le « All Black » de la forêt jurassienne. Ils font référence à un comportement étrange qui touche un animal sur 100, sans que l’on sache pourquoi.

C’est le constat du Groupe Tétras Jura, une association créée en 1991 par un groupe de naturalistes, préoccupés par le sort des tétraonidés jurassiens, grand tétras et gélinotte des bois sur l'ensemble du massif (Ain, Jura, Doubs). En 50 ans, le Jura a perdu la moitié de sa population de tétras. Moins de 250 aujourd’hui, il en faudrait le double pour assurer le renouvellement de l’espèce « Major » présente dans les massifs du Jura. A noter, le grand tétras se porte bien en Russie, en Scandinavie. Sa survie n’est pas en jeu, sauf en France. A terme, il faudra peut-être importer des tétras des Pyrénées pour perpétuer l’espèce. Dans les Alpes, il a disparu. Quand il quitte un territoire, il ne revient pas. Il en reste moins de 10 dans les Vosges. Il y a 50 ans, il y en avait 250 autour des ballons, comme dans le Jura aujourd’hui… Un seul site pour tout comprendre, les causes du repli, les déplacements du Grand tétras, les ajustements possibles pour faciliter son quotidien. Ne pas rater le dessin animé qui résume tout.

© Marceau Duraffourg

Marceau Durrafourg est membre du Groupe Grand Tétras. Il a commencé à photographier le tétras il y a plus de 40 ans. A l’époque on parlait peu de cet oiseau. Il était encore chassé et terminait souvent en plat d’honneur des premières communions… Des centaines d’heures d’affût du tétras et des clichés qui redonnent ses lettres de noblesse à l’animal. Avec Marceau Duraffourg on découvre les nuances infinies sur les plumes du Tétras pas aussi noir qu’on ne le croit.

Julien Perrot, fondateur de la Salamandre - une des plus belles revues sur la faune et la flore du Jura franco-suisse - a tiré très tôt la sonnette d’alarme. En 2004, il consacrait au gallinacé un numéro spécial titré « Grand tétras, petit espoir ». Aujourd’hui le rédacteur en chef de la revue pense qu’il y a encore un espoir si l’homme renonce à investir trop massivement la forêt. Notre liberté entre en collision avec celle du grand tétras. « Derrière l’oiseau, c’est notre rapport au sauvage qu’il faut repenser», explique-t-il. Un numero toujours d’actualité, consultable sur le site La Salamandre.

FEUILLETON. 2/4 Fascinant, fragile, parfois agressif... à la rencontre du grand tétras dans le massif du Jura ©reportage d'Emmanuel Rivallain, Florence Petit, Vincent Grandemange, Guillaume Bessaa et Pierre Mayayo avec Alexandra Depraz, Groupe Tétras Jura et Julien Perrot, rédacteur en chef de la Salamandre - crédit photos Marceau Duraffourg

Grand Tétras, grandes traces

Il suffit d’ouvrir les yeux, le Grand Tétras niche dans l’imaginaire collectif des Jurassiens. Sur les pignons des maisons, figé dans des sculptures, à travers des livres…

Dominique Chanteloube fait partie de ceux qui n’ont jamais vu le tétras. Et ce n’est pas faute d’avoir trainé ses semelles et ses jumelles en forêt… A force d’en rêver, il l’a sculpté. Son œuvre trône devant la mairie des Rousses. 350 kg d’acier poli, sa version fantasmée de l’animal totem du Jura.

Elle est, à ce jour, la plus ancienne revue régionaliste de Franche-Comté. La Racontotte est éditée par Daniel et Marianne Leroux qui, dès le départ en 1976, ont baptisé leur maison d’édition « L'Atelier du Grand Tétras » ! Animal protecteur, selon eux, résistant au froid extrême, grâce à ses doubles plumes qui couvrent ses griffes. La pandémie a failli mettre par terre la maison d’édition, elle s’est relevée, une fois de plus. Il faut voir le logo dessiné par Marianne Leroux, proche d’un idéogramme chinois, très bel hommage au Grand Tétras.

FEUILLETON. 3/4 Fascinant, fragile, parfois agressif... à la rencontre du grand tétras dans le massif du Jura ©reportage d'Emmanuel Rivallain, Florence Petit, Vincent Grandemange, Guillaume Bessaa et Pierre Mayayo avec Julien Perrot, rédacteur en chef La Salamandre Dominique Chanteloube, sculpteur Daniel Leroux, écrivain-éditeur et Marianne Leroux,...

Bellegarde, belle gourde

Ce jeu de mot pourrait sembler absurde. Il résume simplement le destin industriel exceptionnel qu’a connu cette ville de l’Ain, à partir des années 30, autour de l’aluminium. C’est à Bellegarde qu’est née la marque « Le Grand Tétras », spécialisée dans le matériel de camping. Popottes, gamelles et l’objet phare, la gourde. Le plastique, très fort dans les vallées de l’Ain, a eu raison de la gourde en alu mais des milliers d’exemplaires dorment encore dans nos greniers. Un jour, la marque est retombée dans le domaine public. Et un repreneur s’est présenté pour relancer la fabrication (en Espagne). Produite dans les moules d’origine qui n’avaient pas été détruits, la gourde rouge mythique a repris des couleurs et son envol. Nous avons rencontré d’anciens ouvriers de Bellegarde et le repreneur. Tous d’accord sur la magie de la gourde « bi-concave »…

FEUILLETON. 4/4 Fascinant, fragile, parfois agressif... à la rencontre du grand tétras dans le massif du Jura ©reportage d'Emmanuel Rivallain, Florence Petit, Vincent Grandemange, Guillaume Bessaa et Pierre Mayayo avec Roger Servigne, ancien salarié Cebal-Grand-Tétras et Philippe Béraldin, directeur Grand tétras - Archives Ina TF1 1978

Deux livres majeurs :

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature environnement