Franche-Comté : Les inquiétudes de la communauté portugaise pour leurs vacances au Portugal

© Tim Somerset - maxPPP
© Tim Somerset - maxPPP

Les Francs-Comtois aux racines portugaises sont dans l’incertitude de pouvoir partir en vacances au Portugal pour la saison estivale 2020. Conséquence d’une situation inédite due à la crise du coronavirus.

Par Loris Trullard

L’été risque d’être plus long que prévu pour la diaspora portugaise de Franche-Comté. « On ne sait pas où on en est » lance Mickaël Afonso. Cet habitant de Beaucourt (Territoire de Belfort) a l’habitude de rejoindre ses proches chaque année au Portugal. 2020 sera peut-être une exception pour lui comme pour beaucoup d’autres.
« Si la circulation du virus est toujours active, je ne pense pas qu’on partira » précise le Belfortain, préférant préserver sa santé et celle de sa compagne.


« Si on a peur de tomber malade, on ne partira pas »


Même possibilité pour cette enseignante qui souhaitait rejoindre Lisbonne cet été. « Si on a peur de tomber malade, on ne partira pas » souligne Alice. Un peu déçue, elle relativise. « C’est difficile mais on est habitué à ne pas se voir pendant un certain temps, habitant loin les uns des autres. » Cette Franc-Comtoise vivant près de Belfort envisage de repousser son séjour aux vacances de Noël si la situation sanitaire le permet. 

Pour Sébastien Maia, dont les parents sont nés au Portugal, tout est encore indécis. « On décidera de partir au dernier moment » prévient-il. Partant en voiture, il lui faut traverser l’Espagne pour rejoindre le Portugal. « Je ne sais pas si on va pouvoir traverser ce pays, bien plus touché, et c’est ça qui m’inquiète le plus » avoue-t-il.


Visiter la France, une autre alternative


Sébastien Maia imagine donc un été en France. « Si notre voyage au Portugal est annulé, nous irons quelques jours dans le Jura avec mes amis puis une semaine dans les Gorges d’Ardèche avec ma compagne » anticipe l’homme de 26 ans.

 « Tout le monde est en attente » explique Antonio de Almeida, le président de l’association des Portugais de Dole. Le responsable de l’organisation a quelques retours de ses 300 adhérents. « Les gens sont déçus, ça boude un peu » s’exclame-t-il.

L’association, qui vend des produits portugais, permet d’apprécier les saveurs du pays tout en restant en Franche-Comté, à défaut de partir au Portugal cet été. « La vente de marchandises fait vivre financièrement notre association, en attendant de pouvoir réorganiser nos soirées à thème, repas et autres évènements » ajoute Antonio de Almeida.
 

Frontières et coronavirus : que dit actuellement la loi ?

L'ambassade du Portugal en France explique qu'il n’est "pour le moment pas possible de prévoir les limitations de voyage pour le Portugal durant les mois d’été."
Elle déconseille de rejoindre le Portugal par voie routière, l'entrée sur le sol espagnol étant restreinte.
L'ambassade précise qu'il est obligatoire d'avoir une attestation justifiant le déplacement en France au-delà des 100 kilomètres à compter du domicile.

Le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères et l'ambassade de France à Lisbonne rappellent que "les déplacements internationaux sont fortement déconseillés, sauf nécessité impérieuse." Ils ajoutent ensuite que "le retour à sa résidence principale (...) est un motif de déplacement autorisé"

Il est à noter que ces mesures peuvent être modifiées ou annulées suivant l'évolution de la situation sanitaire.

Sur le même sujet

Les + Lus