• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Primes des médaillés aux JO de Pyeongchang imposées ? “Nos médailles n'ont pas moins de valeur” explique Anaïs Bescond

Anaïs Bescond a remporté trois médailles (une en or, et deux en bronze). / © HEIKO JUNGE
Anaïs Bescond a remporté trois médailles (une en or, et deux en bronze). / © HEIKO JUNGE

Le multiple champion olympique Martin Fourcade, qui a brillé lors des derniers JO de Pyeongchang a récemment lancé un coup de gueule sur les réseaux sociaux. En cause :  l'imposition des primes de médailles obtenues par les athlètes des JO d'Hiver. Anaïs Bescond, médaillée Franc-Comtoise, a réagi. 

Par Sarah Rebouh

"Ce sentiment d’injustice est d’autant plus fort que les annonces qui nous ont été faites au mois de février n’allaient pas dans ce sens. Il nous a été confirmé pendant les Jeux olympiques que l’exonération effectuée à Rio serait reconduite" écrivent Martin Fourcade, champion de biathlon et la skieuse paralympique Marie Bochet, dans une lettre adressée à l’ex-ministre des Sports Laura Flessel.

"On a un sentiment d'inégalité puisque les jeux d'été sont défiscalisés mais pas les jeux d'hiver" a également déclaré le chouchou des Français lors des JO d'hiver au journal L'Equipe. Michel Vion, le président de la Fédération française de ski, s'est également ému dans le quotidien sportif : "il y a une discrimination incompréhensible entre les sports d'été et les sports d'hiver", comme le citent nos confrères de France 3 Alpes

Tous les médaillés tricolores des derniers JO d'hiver à PyeongChang ont en effet reçu une lettre du Trésor Public les avertissant que les primes étaient imposables, contrairement aux Jeux olympiques d'été de 2016.
 

"Nos médailles n'ont pas moins de valeur"


Jointe pas nos soins, Anaïs Bescond, la Franc-Comtoise médaillée au JO nous a confié : "Forcément ça m'inspire une injustice. Je ne vois pas pourquoi il y aurait un traitement différent entre les athlètes d'été et ceux d'hiver. Je trouve ça triste qu'il y ait une inégalité comme ça. Nos médailles n'ont pas moins de valeur que les leurs. Moi personnellement quand j'étais aux Jeux, je n'ai pas posé la question, ce n'était pas ma préoccupation première. Je suis dans l'expectative, j'attends la décision finale". 

Le ministère des Sports a été saisi par le biathlète Martin Fourcade. Affaire à suivre.
 

Sur le même sujet

Dijon : les gilets verts, des médiateurs au service des usagers

Les + Lus