• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Hausse des carburants : la voiture électrique est-elle adaptée au milieu rural ?

Le point noir des voitures électriques pour l'instant reste leur autonomie. / © Yoann Etienne / France 3 Bourgogne
Le point noir des voitures électriques pour l'instant reste leur autonomie. / © Yoann Etienne / France 3 Bourgogne

Avec la hausse des prix des carburants, certains réfléchissent sérieusement à changer pour une voiture électrique. Ce type de véhicule offre pour l'instant une autonomie plus faible qu'une voiture thermique classique. Est-elle adaptée au milieu rural ?

Par M. F.

Il y a trois ans, Stéphanie Ragot a remplacé un véhicule thermique pour une voiture électrique. "C'est ma voiture pour aller travailler, faire des courses. Après, on a une deuxième voiture pour faire des plus longs trajets parce que c'est un véhicule électrique de première génération, donc on fait cent kilomètres d'autonomie", explique la mère de famille

La location d'une voiture électrique est pour elle avant tout un choix économique. Elle roule 200 kilomètres par semaine et fait le plein chez elle, à Treigny dans l'Yonne, en branchant sa voiture à une prise de courant.

Comparé aux prix de l'essence, le coût d'une recharge est dérisoire. "On est à peu près à deux euros de charge pour cent kilomètres. Les inconvénients, c'est qu'il faut charger plusieurs fois parce que l'autonomie n'est pas assez grande. Les avantages, c'est qu'on a divisé par quatre notre facture de carburant !"
 
Hausse des carburants : la voiture électrique est-elle adaptée au milieu rural ?
Avec la hausse des prix des carburants, certains réfléchissent sérieusement à changer pour une voiture électrique. Ce type de véhicule offre pour l'instant une autonomie plus faible qu'une voiture thermique classique. Est-elle adaptée au milieu rural ? - France 3 Bourgogne - Sébastien Kerroux, Yoann Etienne, Philippe Sabatier
 

Voitures de fonction électriques

La voiture électrique en zone rurale est un choix qui ne concerne pas seulement les particuliers. Depuis deux ans, les agents de la communauté de communes de Puisaye-Forterre effectuent tous leurs déplacements à bord de véhicules électriques nouvelle génération. 

"Pour la communauté, ça permet de réduire les coûts mais aussi les émissions de gaz à effet de serre générés par les déplacements de nos agents", détaille Annaëlle Jarnier, agent de la communauté de communes de Puisaye-Forterre.

Mais pour avoir des véhicules électriques, il faut aussi des bornes de recharge. L'installation coûte entre 2 000 et 8 000 euros pour les communes. Le département de l'Yonne en compte plus d'une centaine.

En avril, le réseau comptait 300 charges. Le mois dernier, 1 300 ont été enregistrées. "On voit bien que l'investissement qui a été fait était nécessaire", indique Rémy Clérin, vice-président du syndicat départemental d'Energie de l'Yonne.

D'ici quelques mois, l'électrique va passer la vitesse supérieure dans l'Yonne avec l'installation d'une dizaine de nouvelles bornes.

En 2017, 670 voitures électriques neuves ont été immatriculées en Bourgogne-Franche-Comté, selon les données du ministère de la Transition écologique.

Une goutte d'eau par rapport aux 82 000 voitures particulières immatriculées toutes catégories confondues sur la même période dans la région. Cela représente 0,82% des immatriculations. Mais ce chiffre est en hausse. En 2013, seulement 0,29% des voitures neuves immatriculées étaient électriques en Bourgogne-Franche-Comté.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Hausse des carburants : un chèque transport va-t-il voir le jour en Bourgogne-Franche-Comté ?

Les + Lus