Haute-Saône : attention au retour des chenilles nocives pour l'homme et la forêt

C'est loin d'être une bonne nouvelle. Les chenilles processionnaires sont de retour avec une autre espèce : le Bombyx disparate. L’Office National des Forêts met en garde et appelle à la vigilance. La Haute-Saône fait partie des départements les plus touchés par ce phénomène. 

Nid de chenilles processionnaires du chêne
Nid de chenilles processionnaires du chêne © ONF

Avec le retour de la belle saison, elles ont fait leur réapparition dans les forêts. Les chenilles processionnaires prolifèrent dans le nord de la Haute-Saône. Ce parasite qui est une larve de papillon de nuit est nocif pour l’homme tout comme pour les animaux. Il va falloir être très prudent. Laurent Tautou est directeur de l’agence de l’ONF en Haute-saône, il nous décrypte cette prolifération.

Il y a de multiples facteurs, les cycles de reproduction sont notamment  facilités par les fortes chaleurs. Les chenilles processionnaires sont plus nombreuses dans le Nord-Est de la France, elles s’installent sur les axes de transport, les routes et les autoroutes. En Haute-Saône, nous constatons qu'elles sont plus nombreuses depuis quelques années.

 

 

Chenilles processionnaires du chêne
Chenilles processionnaires du chêne © ONF-Renaud Trangosi

 

 

Comment reconnaître une chenille processionnaire ?

La chenille processionnaire porte bien son nom. Il n'est pas rare en effet d'en voir plusieurs centaines se déplacer en procession. Laurent Tautou de l’ONF nous précise.

Elles se déplacent en nombre pour construire leur nid sur le tronc ou sous les branches des arbres. Leurs poils sont urticants et même lorsqu'elles sont mortes, les chenilles constituent un risque pour les promeneurs et les animaux

Des chenilles processionnaires qui pénalisent également les arbres qu’elles colonisent puisqu’elles dévorent leurs feuilles.

 

Chenilles processionnaires du pin
Chenilles processionnaires du pin © ONF

 

 

Y’a-t-il une possibilité de les éradiquer ?

Non, ce n’est pas possible, l’ONF ne peut appliquer de traitement insecticide. Cela pourrait être dangereux pour les autres espèces de l’environnement forestier. Alors comment s’en protéger ? Laurent Tautou nous donne quelques conseils.

Il ne faut surtout pas les toucher,s’approcher du nid , éviter de se frotter les yeux en cas de contact et porter des pantalons et tee-shirts longs pour se protéger

 

 

Arbres défoliés
Arbres défoliés © ONF-UT Sud Saône-et-Loire

 

Une autre chenille qui inquiète, la Bombyx disparate

Elle est présente dans le sud de la Haute-Saône mais aussi en Côte d’Or et en Saône-et-Loire. Cette chenille Bombyx disparate vient jouer les troubles fêtes. Depuis, le début du printemps, elle prolifère et détruit sur son passage, les chênes. Des centaines d’hectares de forêts sont touchés. Elle est reconnaissable à sa fourrure noire et à ses points rouges et bleus le long de son dos. 

 

Chenille Bombyx Disparate
Chenille Bombyx Disparate © ONF-UT Sud Saône-et-Loire

 

 

La Bombyx Disparate est responsable de dégâts très spectaculaires dans le sud de la Haute-Saône. Active d’avril à juin, la chenille se nourrit de feuilles de chêne avant de se transformer en papillon. Elle n’est pas dangereuse pour l’homme, mais il n’est pas conseillé de la toucher.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature forêt
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter