Guerre en Ukraine : la préfecture de la Haute-Saône lance un appel pour des hébergements d'urgence

Publié le Mis à jour le
Écrit par Inès Tayeb

La préfecture recense tous les hébergements disponibles afin d'accueillir des réfugiés. Les habitants peuvent se porter volontaires.

La préfecture de la Haute-Saône recense les hébergements publics et privés disponibles sur le territoire. Les élus et les particuliers qui souhaitent mettre à disposition un hébergement sont invités à se faire connaître auprès des services de l'Etat.

"Comme l’a rappelé le Président de la République, "la France prendra toute sa part dans l’accueil des ressortissants ukrainiens". Dans ce contexte, les services de l’État se mobilisent pour anticiper leur arrivée et assurer leurs besoins de prise en charge (hébergement, accompagnement, droit au séjour, etc)", a indiqué la préfecture dans un communiqué.

Formulaire en ligne

Un formulaire a été mis en ligne pour proposer un hébergement en Haute-Saône. "Il convient de rappeler que l'hébergement se fera à titre gracieux et que la durée d’accueil pourrait être de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois", peut-on lire. 

Toute personne souhaitant mettre à disposition un hébergement peut compléter ce formulaire en indiquant notamment la commune, la capacité d'accueil du logement en nombre de personnes ainsi que le nombre de chambres disponibles.

Réunion avec les préfets 

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin a affirmé ce mardi 1er mars que "moins d'une centaine" d'Ukrainiens étaient arrivés en France, certains à l'aéroport de Beauvais, et d'autres en voiture, à la frontière niçoise.


Le ministre, qui s'exprimait devant la presse à l'issue d'une réunion avec les préfets sur l'accueil des "déplacés ukrainiens", a ajouté que le gouvernement avait installé des "aménagements particuliers pour pouvoir organiser des accueils" dans les aéroports et mettre en place "des dispositifs d'accueil" en lien avec les élus.


Dans la matinée, le gouvernement a adressé aux élus un courrier les invitant à "faire connaître" aux préfets "les solutions et initiatives possibles" dans leurs communes pour préparer l'arrivée de réfugiés.