L’élu Alain Blinette à nouveau relaxé en appel dans l’affaire du Technocentre de Gray

Le président de la communauté de communes du Val de Gray en Haute-Saône était poursuivi pour favoritisme et détournements de fonds publics dans la construction du technocentre de Gray en 2015. Alain Blinette avait déjà été relaxé devant le tribunal correctionnel en 2021.

« Un réel soulagement pour l’homme, sa famille, et ses proches. » C’est ce qui est souligné par le groupe de Droite au Conseil départemental de Haute-Saône. Leur collègue, Alain Blinette, a été relaxé en appel devant la Cour de Besançon ce jeudi 25 mai. Le président de la communauté de communes du Val de Gray en Haute-Saône était suspecté de favoritisme et détournements de fonds publics pour a construction du technocentre de Gray.

« Cette décision rétablit son honneur et confirme son intégrité dans l’exercice de ses responsabilités locales », poursuit son groupe politique. A la présidence de la communauté de communes du Val de Gray en Haute-Saône, Alain Blinette était suspecté d’avoir attribué la construction du site spécialisé dans les métiers de la soudure à une connaissance, sans ouverture aux marchés publics en 2015.

Déjà relaxé en 2021

La justice le soupçonnait d'avoir « saucissonné » le coût du projet pour éviter un appel d’offre. Lui évoquait l’urgence dans la réalisation du projet, chiffré à 400 000 euros. En 2021, le procureur avait requis une peine de 6 mois de prison avec sursis à l’encontre d’Alain Blinette, et 12 mois avec sursis contre le gérant de l’ex société Capsor ainsi qu’une amende de 100 000 euros et une exclusion des marchés publics durant 5 ans. Les deux hommes avaient été alors relaxés.

Lors de l’audience en correctionnelle, la défense s’était attelée à démentir tout enrichissement personnel du président de la communauté de communes. Alain Blinette avait rappelé que les décisions du technocentre avaient été votées par la communauté de communes par 53 voix sur 54. L'élu de l’opposition, qui avait voté contre, avait alerté par la suite la Cour des comptes.

Le groupe souligne que Alain Bilnette pouvait compter sur « ses anciens collègues du groupe de droite au Département et des Sénateurs de la Haute-Saône, Alain Joyandet, Michel Raison et Olivier Rietmann ». Dimitri Doussot, Président du groupe de Droite au Conseil départemental de la Haute-Saône explique que « ce verdict est également une excellente nouvelle pour la Communauté de communes du Val de Gray » dont « [la] réputation a pu être salie par cette affaire judiciaire ».