L'oiseau d'un photographe de Haute-Saône exposé dans une rue de New-York

Publié le Mis à jour le

On peut dire que c'est une œuvre dans l'œuvre. Jean-Charles Ouvrard expose un cliché d'une échasse dans un tableau photographique gigantesque. Symbole d'une nouvelle forme d'art, il sera vendu virtuellement aux enchères.

Certes, il s'agit peut-être d'un timbre poste dans cette photographie monumentale qui réunie 514 artistes du monde entier mais pour Jean-Charles Ouvrard, c'est une grande satisfaction. "Ce n'est pas tous les jours que l'on voit une de ses photos dans les rues de New-York et j'ai la chance qu'elle soit particulièrement bien mise en valeur. C'est une reconnaissance qui va m'aider dans mon travail" reconnait le photographe de Vesoul en Haute-Saône. 

Pour cette exposition en pleine rue, le photographe a choisi de partager un magnifique portrait d'échasse pris dans le Languedoc vers l'Etang de Leucate. 

Pour ses clichés, le photographe aime particulièrement la technique du High Key. " Durant mes affûts, je choisis un fond très neutre en priorité. Cela peut-être de la glace, de la neige, un ciel bleu ou l'eau. Je surexpose la photo à la prise d'image et j'attend toujours qu'un oiseau passe dans mon champ de vision lorsque je suis en  mon affut" ajoute le photographe.

Il y a de la poésie japonaise dans chacun de ses clichés. "Pour cette grèbe, je l'ai suivie avec mon reflex alors qu'elle faisait des bulles sous l'eau. J'ai eu la chance de pouvoir le shooter avec son poisson lorsqu'elle a refait surface" dit-il.

Exposer dans une rue de New-York est une chance pour faire connaître mon travail dans les galeries d'art et pour le grand public

Jean-Charles Ouvrard

Jean-Charles Ouvrard est photographe auteur depuis 2010. Mais c'est à l'âge de 13 ans qu'il a pris ces premiers clichés avec un Polaroid. Même si il affectionne la photo naturaliste très épurée, il aime aussi travailler en studio, saisir la foudre lors des orages ou encore immortaliser les lieux abandonnés mais qui ont gardé leur âme.

Installation de l'œuvre photographique ©ExpoMetro

La démarche d'ExpoMetro est très simple. C'est à l'art d'aller à la rencontre du public et non l'inverse. L'œuvre photographique doit être universelle et faire partie du paysage quotidien l'espace de quelques jours. Elle s'installe en lieu et place d'un panneau publicitaire. Le collectif a déjà exposé dans plusieurs ville d'Europe comme à Londres Berlin ou Monaco. En décembre 2018, des toiles avaient étaient exposées à la station Chatelet du métro parisien. 

Exposition à Paris ©ExpoMetro

Ce patchwork photographique de 9m x 6m est exposé dans les rues de Manhattan jusqu'au 18 décembre 2021. Le fichier numérique sera ensuite vendu aux enchères sur internet et 90% des gains seront partagés entre les photographes.