Cet article date de plus de 8 ans

Ronchamp (70) : Avant-première du documentaire «Les clarisses de Ronchamp, un risque pour la vie»

Evènement  ce mercredi à Ronchamp (70) : l''avant-première du documentaire "Les Clarisses de Ronchamp" a attiré plus d'une centaine de personne. Le film est diffusé ce samedi à 15h20.
Quelques soeurs sont venues à l'avant-première à Ronchamp (70)
Quelques soeurs sont venues à l'avant-première à Ronchamp (70) © F3

Cela fait maintenant trois ans que les Clarisses se sont installées au pied de la chapelle de le Corbusier. Elles sont donc bel et bien Ronchampoises !
Leurs voisins sont  venus nombreux pour découvrir le film qui raconte leur aventure, commencée en 2007. Il y avait aussi leurs amis proches qui avaient fait le déplacement de Besançon.
Tous ont découvert l’itinéraire de ces femmes «au courage extraordinaire» pour reprendre l’expression de Renzo Piano.
Paul Vincent et Florian Bolle


Paul Vincent et Florian Bolle, les deux architectes, avaient également fait le déplacement. Pour l’équipe de Renzo Piano, ce projet est  une aventure. Pour eux aussi, il y a des rebondissements comme en 2008 lors de la polémique avec la Fondation Le Corbusier, mais c’est surtout la rencontre avec les Clarisses qui les a marqués. L’archevêque de Besançon, le père André Lacrampe, avait tenu  à être présent. Lui aussi a vécu cette histoire «de l’intérieur» et cela n’a pas été toujours facile notamment à propos du financement des constructions.

Elus, habitants, amis, ont tous été émus par l’humanité de ces religieuses qui ont décidé de quitter leur couvent de Besançon pour «vivre une aventure d’amour» comme dit l’une d’entre elles dans le film. La fraternité internationale des Clarisses est en train de se «déployer» doucement au pied de la Chapelle Le Corbusier. 


 

© F3FC
© F3FC
© F3FC
© F3FC
© F3FC
© F3FC
© F3FC
© F3FC
© F3FC
© F3FC
Paul Vincent et Florian Bolle, Paul Vincent et Florian Bolle, Paul Vincent et Florian Bolle,   Paul Vincent et Florian Bolle, les deux architectes responsables du projet,  avaient également fait le déplacement.
Pour l’équipe de Renzo Piano, ce projet est une aventure. Pour eux aussi, il y a des rebondissements comme en 2008 lors de la polémique avec la Fondation Le Corbusier, mais c’est surtout la rencontre avec les Clarisses qui les a marqués. L’archevêque de Besançon, le père André Lacrampe, avait tenu à être présent. Lui aussi a vécu cette histoire «de l’intérieur» et cela n’a pas été toujours facile notamment à propos du financement des constructions.

Elus, habitants, amis, ont tous été émus par l’humanité de ces religieuses qui ont décidé de quitter leur couvent de Besançon pour «vivre une aventure d’amour» comme dit l’une d’entre elles dans le film. La fraternité internationale des Clarisses est en train de se «déployer» doucement au pied de la Chapelle Le Corbusier. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
architecture patrimoine religion