Un an après la fin des 35h, les salariés de PSA Vesoul espèrent que les efforts vont payer

Pour la deuxième journée consécutive le site de Vesoul aura connu des perturbations. / © David Martin
Pour la deuxième journée consécutive le site de Vesoul aura connu des perturbations. / © David Martin

Un accord local entre la direction du site PSA de Vesoul et les syndicats a remis en cause les 35h l'an passé. Désormais, les salariés travaillent 33 minutes de plus chaque jour, 11 seulement sont payées.

Par J. C. avec AFP

Un an apres la fin des 35h, quel avenir pour PSA Vesoul ?
Reportage de Florence Cicolella et Fabien Dupont. Avec Jean-Paul Guy, délégué CFTC; Jean-Yves Poulet, secrétaire Force Ouvrière et Cédric Fischer, délégué CGT.
C'est le premier site industriel de France à avoir saisi les possibilités offertes par les ordonnances Macron réformant le code du travail.

Après plusieurs semaines de négociations, la direction du site PSA de Vesoul et les syndicats ont signé à la mi-juin 2018 un accord local d'établissement, dont la principale mesure est de faire passer le temps de travail hebdomadaire de 35h à 37h45. Moins de 40% de ce surplus d'activité est rémunéré.

"Pour l'instant, les promesses sont tenues"

Les salariés font un effort important donc. En contrepartie, la direction du site s'est engagée à procéder en trois ans à 80 embauches et à 20 millions d'euros d'investissements de modernisation. Elle a aussi promis de ne plus recourir à la sous-traitance pendant cinq ans, la durée de l'accord.

"Pour l'instant, les promesses sont tenues", se réjouit Jean-Yves Poulet, secrétaire Force ouvrière, première organisation syndicale locale, signataire de l'accord avec la CFTC et la CFE-CGC.

Si 30 embauches en CDI ont bien été effectuées, la CGT, non signataire, dénonce de son côté "221 suppressions de postes en un an", notamment dans le cadre du plan seniors de PSA, via le non-remplacement de départs volontaires de salariés âgés avant l'échéance normale de leur retraite.

"L'accord chez nous a préparé la fermeture d'Hérimoncourt"

Grâce à la baisse du coût horaire du travail, le site de Vesoul est plus compétitif et va récupérer l'activité pièces détachées de l'usine d'Hérimoncourt (Doubs), en cours de fermeture. Le malheur des uns fait le bonheur des autres, dit-on...

"Ce genre de projet pouvait partir à l'étranger dans un pays low cost, son maintien en France est quelque chose de positif. Sans notre accord qui diminue notre coût horaire, nous ne l'aurions certainement pas obtenu", assure Jean-Paul Guy, responsable CFTC de PSA Vesoul. Mais Cédric Fischer (CGT) en est pour sa part persuadé: "L'accord chez nous a préparé la fermeture d'Hérimoncourt".

La direction du site, centre mondial logistique du groupe automobile qui emploie 2600 salariés, n'a pas souhaité répondre à nos questions.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Jura : des cartes en bois mondialement connues

Les + Lus