Vesoul : non, les restaurants ne vont pas rouvrir pour les journalistes qui couvrent le procès de l'affaire Alexia Daval

L'information circulait depuis 24 heures. La presse régionale s'était faite écho de la possibilité d'une réouverture de quelques restaurants le temps du procès, sur la base d'un conventionnement exceptionnel. La préfecture de Haute-Saône indique que ce scénario n'a pas été retenu.
Le tribunal judiciaire de Vesoul en Haute-Saône.
Le tribunal judiciaire de Vesoul en Haute-Saône. © Bruno GRANDJEAN - maxPPP
A l'annonce d'une possible réouverture des quelques restaurants à Vesoul, les commentaires n'avaient pas tardé sur les réseaux sociaux. Favoritisme. Injuste. Et comment font les autres salariés qui déjeunent eux avec leurs sandwichs dans leur voiture, depuis le deuxième confinement ? Politiquement, la perspective d'une réouverture des restaurants à Vesoul, avait du mal à passer.

Dans un communiqué publié en début d'après-midi, la Préfecture de Haute-Saône confirme que cette réouverture a bien été une piste envisagée.

"Comme pour tout événement de grande ampleur dans le département, plusieurs réunions de préparation associant notamment les services de la Justice, la Ville de Vesoul, les forces de sécurité et la Préfecture se sont tenues pour examiner les conditions d’organisation du procès dans ses différentes dimensions : sécurité publique, sanitaire, circulation, etc. Au regard de la situation sanitaire actuelle et du confinement en cours depuis le 30 octobre dernier, une attention particulière a été portée au protocole sanitaire et au respect des gestes barrières. Dans ce contexte, la problématique de la restauration des journalistes a été étudiée. Si plusieurs options ont été envisagées, notamment l’ouverture exceptionnelle de quelques restaurants implantés dans le périmètre de sécurité, aucune n’a été retenue" indique le communiqué.

Selon nos informations, la réouverture d'une dizaine de restaurants était envisagée midi et soir, dans le secteur du palais du justice. Le café qui jouxte le palais de justice était également concerné.

Une situation épidémique encore grave dans le département

En Haute-Saône, le taux d’incidence s’élève désormais à 486 nouveaux cas pour 100 000 habitants. Cela ne permet d’envisager aucune dérogation à la réglementation en vigueur, indique la Préfecture.

Une quarantaine de journalistes sont accrédités et pourront suivre le procès Daval du 16 au 20 novembre. Les journaux, TV, Radio, sites internet vont dépêcher également des équipes techniques et renforts pour assurer durant 5 jours la couverture du procès. La presse sera donc bien au même régime que les citoyens français : plats à emporter, sandwich et thermos de café ! La préfecture précise que "toute facilité leur sera donnée  pour leur permettre d’identifier les restaurants pratiquant la vente à emporter mais les repas devront être pris individuellement, sans générer de rassemblement tels qu’ils sont interdits".Le procès de Jonathann Daval, accusé du meurtre de son épouse Alexia en 2017 à Gray est labelisé "Grand Procès" par le ministère de la Justice. Reste désormais à la presse nationale à trouver comment rallier Vesoul, la veille du procès un seul train circule en effet de Paris vers la capitale Haut-Saônoise.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire alexia daval faits divers covid-19 santé société confinement