VIDÉO. Octobre rose : à Lure, les commerçants se mobilisent contre le cancer du sein

durée de la vidéo : 00h01mn40s
Une femme sur huit est confrontée au cours de sa vie au cancer du sein, qui touche 60 000 femmes chaque année en France. En Haute-Saône, Lure s’est parée de rose ce 14 octobre en mobilisant ses commerces et ses associations, à l'occasion d'octobre rose, le mois consacré à la sensibilisation et au dépistage. ©Reportage : Sarah Francesconi et Rémy Poirot. Montage : Pierre Bouillot.

Une femme sur huit est confrontée au cours de sa vie au cancer du sein, qui touche 60 000 femmes chaque année en France. En Haute-Saône, Lure s’est parée de rose ce 14 octobre en mobilisant ses commerces et ses associations, à l'occasion d'octobre rose, le mois consacré à la sensibilisation et au dépistage.

Fuschia, magenta, bonbon... la ville de Lure se pare de toutes les déclinaisons du rose. La couleur est vraiment partout, de la statue du sapeur Camember de l'avenue de la République jusqu'aux pots de cancoillotte. Teintée au jus de betterave, celle-ci devient la "pink'coillotte" !

"On a décidé de s’associer avec l'association Triplettes roses pour chaque achat de pink’coillotte 50 centimes est remis à l’association," confie Rachel Rastaetter, fromagère. Comme elle, 60 commerçants de la sous-préfecture de Haute-Saône se sont impliqués ce 14 octobre dans la lutte contre le cancer du sein, et la récolte de fonds pour la recherche.

Surveiller son corps

Le cancer du sein est la première cause de mortalité chez les femmes. Pour s’en prémunir, certains gestes sont essentiels à connaître et à pratiquer. Sage-femme libérale, Charlène Henry montre aux passants les gestes de prévention. "L'important, c'est d’avoir les mains bien à plat et de palper partout," démontre-t-elle à l'aide d'un mannequin.

En général, le cancer du sein frappe après 30 ans pour la majorité des femmes, mais ça concerne aussi les femmes jeunes. Donc il faut pas se dire « je suis jeune, je ne le fais pas ou j’évite les examens », c’est important de le faire précocement. (...) C’est rare mais ça peut arriver également chez les hommes.

Charlène Henry

sage-femme libérale

L'infirmière préconise de surveiller son corps et ne pas attendre la mammographie des 50 ans. Ces bons réflexes accélèrent la détection de ce cancer, qui concerne tout le monde.

12 000 décès de femmes par an

En Franche-Comté 53% des femmes de plus de 50 ans participent au dépistage, un peu mieux que le niveau national, mais toujours insuffisant pour se passer de sensibilisation.

"On connaît tous et toutes quelqu'un de notre entourage qui est touché par la problématique du cancer, même si nous ne sommes personnellement pas touché, glisse Aurore Poitou, membre de l'organisation. Je pense que c’est des moments tellement douloureux que sentir cet élan de solidarité c’est important de pas se sentir seul. Les mouvements collectifs nous aident à être plus fort."

Chaque année, 60 000 femmes sont frappées par le cancer du sein et plus de 12 000 femmes en décèdent. Le combat reste essentiel à mener, pour le dépistage et pour la recherche.

Avec Sarah Francesconi.