Héricourt (70) : des habitants excédés par le bruit et les odeurs de l'entreprise Derichebourg

Depuis qu'un incendie s'est déclaré à Derichebourg en mai 2019, les habitants du quartier des Poètes, situé en contrebas du site, s’inquiètent. Les bruits, les odeurs persistent et les analyses menées à l’époque sur l’eau et l’air n’ont pas été communiquées.

Depuis 20 ans les habitants du quartier situé en contrebas de l'usine pointent du doigts les nuisances liés à l'entreprise Derichebourg, spécialisé dans le recyclage de matériaux ferreux et non ferreux.
Depuis 20 ans les habitants du quartier situé en contrebas de l'usine pointent du doigts les nuisances liés à l'entreprise Derichebourg, spécialisé dans le recyclage de matériaux ferreux et non ferreux. © France 3

Des mauvaises odeurs, surtout pendant les périodes de fortes chaleurs, des bruits intenses dès 7 heures le matin ou la nuit, les habitants du quartier des Poètes à Héricourt disent vivre une vie quelques peu dérangeante ... et cela depuis 20 ans. De l'autre côté de la chaussée en effet, en hauteur, est implantée l'entreprise Derichebourg, société spécialisée dans le recyclage de matériaux ferreux et non ferreux.
 

" Aujourd’hui encore on a des retombées de suie ", Joël Mercier,un habitant du quartier


Dès les années 2000, plusieurs habitants ont prévenu, à coup de lettres recommandées, la municipalité et le Préfet de l’époque. Les anciens maires ainsi que l’entreprise Derichebourg ont fait beaucoup d’efforts. " Les bruits se sont estompés ". Malheureusement, plus aucune avancée depuis 2014. Pire, l’incendie qui s’est déclaré l’an passé a fait renaître leur inquiétude quant à la sécurité du site de Derichebourg. " Après l’incendie, on n’a pas ouvert les fenêtres pendant une semaine ", raconte un habitant du quartier.

Joël Mercier, son voisin ajoute : " aujourd’hui encore on a des retombées de suie ". Et de préciser : " on a du mal à respirer, on se demande ce qu’ils font. On n’ouvre pas les fenêtres sinon les odeurs entrent dans les chambres et quand il y a de l’orage ou qu’il pleut, on sent encore plus cette odeur de ferraille et d’huile ".
 

" La police des établissements industriels appartient à la Préfecture de la Haute-Saône", le maire socialiste d'Héricourt, Fernand Burkhalter


Les habitants ont donc monté un collectif. A plusieurs, ils assomment les services de l’Etat de courriers et envoient régulièrement des photos à la mairie. Mais rien ne bouge.

Le maire socialiste Fernand Burkhalter s’en défend : " la police des établissements industriels appartient à la Préfecture de la Haute-Saône. J’ai rencontré à trois reprises Madame la Préfète depuis sa nomination. Je lui ai parlé de ce dossier ".
 

Un incendie visible à des kilomètres à la ronde


Le 31 mai 2019, vers 17h30, une épaisse fumée noire se dégage de l’entreprise Derichebourg, basée à Héricourt. Cette société est spécialisée dans le recyclage de déchets ferreux et non ferreux.
 

" On n’arrête pas de prévenir le maire qu’il y a du bruit et des odeurs étranges qui se dégagent de ce site, mais il ne fait rien ", un habitant en mai 2019


La fumée est visible depuis l’A36, située à une vingtaine de kilomètres de là. La police et les pompiers de Vesoul, Lure et de Bethoncourt sont déployés en nombre pour circonscrire l’incendie. Un incendie qui s’est propagé à du polystyrène et à du plastique.  Sur place, les habitants sont en colère " on n’arrête pas de prévenir le maire qu’il y a du bruit et des odeurs étranges qui se dégagent de ce site, mais il ne fait rien ", accusait un des habitants à l’époque du sinistre.


Reportage de Vanessa Hirson et Rémy Poirot.
Des habitants d'Héricourt excédés par les nuisances de l'entreprise Derichebourg
 

Des analyses de la qualité de l’eau et de l’air ont été menées


Juste après l’incendie, les habitants ont demandé à la Préfecture de la Haute-Saône que des analyses soient effectuées. Selon eux, le rapport, qui ferait 52 pages, ne leur a pas été transmis.

" Le rapport je l’ai reçu il y a quelques jours. J’ai donc organisé une réunion publique d’information pour donner le contenu de ce rapport. Ce rapport est public ", ajoute le maire socialiste Fernand Burkhalter ". Il faut qu’ils me fassent la demande s’ils veulent le consulter ".
 

La société Derichebourg joue la carte de la tranparence


De son côté, la société Derichebourg joue la carte de la transparence. Lors de cette réunion publique, qui s'est déroulée le mardi 4 février sur demande du maire d’Héricourt et qui s’est tenue sur le site de l’entreprise, le directeur, Nicolas Muot, a proposé à la cinquantaine d’habitants présents, de faire le tour du propriétaire. Dans cette société, 8000 tonnes de déchets sont revalorisées par mois.
 

" Il n’y a pas d’inquiétude à avoir. On respecte en tout point l’arrêté préfectoral qui nous régit", le directeur de Derichebourg, Nicolas Muot


" On ne nie pas qu'il y ait des nuisances mais il n’y a pas d’inquiétude à avoir. On respecte en tout point l’arrêté préfectoral qui nous régit et cet arrêté préfectoral nous demande de respecter les horaires de production, les valeurs de bruit et c’est ce que nous faisons ". L’entreprise dit vouloir aller encore plus loin en investissant 2 millions d’euros dans du matériel dont une grue hydraulique pour réduire encore un peu plus le bruit.

Des propos qui ont rassuré les habitants. Mais ce qui les rassurerait encore plus, ce sont les résultats des analyses menées il y a déjà 8 mois.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société entreprises économie social santé faits divers