Fin de la grève des bus Optymo à Belfort

Publié le Mis à jour le
Écrit par Florent BOUTET

Les grévistes ont repris leur travail car le préavis de grève n'avait pas été déposé.

video title

Grève surprise des bus Optymo à Belfort

Après Montbéliard, c'est au tour de Belfort de connaître une grève des transports en commun. 4 syndicats ont décidé de bloquer le dépôt de bus pour dénoncer l'abandon des négociations salariales. Une mouvement qui pourrait durer.

Le conflit a pris fin ce matin. Jeudi aucun bus ne circulait  car selon les syndicats, les négociations salariales avançaient trop lentement. Avec cette grève, ils espèraient obtenir des augmentations plus rapidement. Sauf que la direction d'Optymo avait très mal pris ce conflit social.

D'après la direction, aucun préavis n’avait été déposé par les grévistes, cela avait pris tout le monde de court en bloquant le dépôt de bus.

La direction a donc saisi la justice en référé, et dès hier soir, les 17 personnes qui bloquaient le dépôt ont reçu une assignation devant le tribunal. Elles risquaient plusieurs sanctions, notamment le remboursement des pertes occasionnées par

leur mouvement. Rien qu’au niveau des salaires versés à leurs collègues qui ont été empêchés de travailler, cela  représente selon la direction environ 20 000 euros par jour.

La comparution des grévistes au tribunal était prévue ce vendredi matin, à 10 heures, mais ces derniers ont réfléchi et finalement, ils ont préféré lever leur piquet de grève à 6 heures.  

Le conflit sur les négociations salariales est loin d’être résolu.  Cette fois, les syndicats ont décidé de respecter la procédure : ils ont déposé de nouvelles revendications et si les négociations n’aboutissent pas, ils déposeront dans les jours qui viennent un préavis de grève en bonne et due forme.

Le conflit social a éclaté ce jeudi par surprise. Quatre centrales syndicales bloquaient l'entrée du dépot des bus Optymo. Les grévistes se relayaient sur place toute la nuit de jeudi à vendredi.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité