• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

L'Isle-sur-le-Doubs : 6 gilets jaunes en garde à vue après avoir refusé d'être délogés d'un rond-point

© France 3 Franche-Comté : Eric Debief
© France 3 Franche-Comté : Eric Debief

Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon, a annoncé en conférence de presse le placement en garde à vue de 6 gilets jaunes, installés sur un rond-point à L'Isle-sur-le-Doubs. Les interpellations ont eu lieu jeudi en fin de journée.

Par France 3 Franche-Comté

Les gendarmes avaient pour mission de déloger les gilets jaunes installés sur un rond-point à L'Isle-sur-le-Doubs, jeudi 20 décembre en fin de journée. Certains ont refusé de quitter les lieux. La gendarmerie a procédé aux interpellations de 6 hommes, envoyés dans différentes gendarmeries, pour une garde à vue.

Certains d'entre eux pourraient passer en comparution immédiate. Ils sont poursuivis pour "outrage, rébellion et entrave à la circulation". "Nous apporterons une réponse pénale adaptée en fonction des profils" nous a expliqué le procureur de la République. En effet, certains individus disposent de casiers judiciaires.
 

"Ca devient compliqué"


Le ton continue à se durcir à l'encontre des gilets jaunes de la région, depuis que les préfectures ont pris un certain nombre d'arrêtés visant à faire mourir le mouvement. Samedi dernier, à Besançon, ils étaient environ 1000 à se rassembler pour prendre part au cortège des gilets jaunes. 10 personnes avaient été interpellées et une femme placée en détention provisoire.

À Vesoul, Céline Roy, porte-parole des gilets jaunes de Haute-Saône, a elle aussi été inquiétée par la justice et a écopé de 2 mois de prison avec sursis. Elle a depuis choisi de créer la "maison des gilets jaunes". "Rester sur les rond-points, alors qu'on ne peut plus bloquer, ça devient compliqué. Je sais que certains n'en veulent pas, que d'autres sont pour, mais pour qu'on nous écoute, je sais qu'il faut être structuré" nous avait expliqué la jeune femme.
 

Sur le même sujet

Charny-Orée-de-Puisaye : bilan trois ans après sa création

Les + Lus