Jason Lamy-Chappuis : “Je ne reviens pas pour faire le touriste”

Hendrik Schmidt/dpa/picture-alliance/MaxPPP
Hendrik Schmidt/dpa/picture-alliance/MaxPPP

Après deux ans d'absence, Jason Lamy-Chappuis revient sur les pistes avec l'objectif de performer en combiné nordique à la Coupe du monde et aux Jeux Olympiques. 

Par Thibaut Martinez-Delcayrou, avec AFP

Jason Lamy-Chappuis est de retour. 32 mois après sa dernière compétition, le Jurassien retrouve les pistes. Et s'il sort de sa retraite, ce n'est pas pour faire de la figuration. "Je ne reviens pas pour faire le touriste, je suis un compétiteur avant tout" affirme le champion olympique 2010. 

Porte-drapeau de la délégation française en 2014, "JLC" avoue avoir été lassé par l'entraînement. Après les JO de Sotchi, il n'avait plus "la motivation pour aller chercher le petit détail". Les ski mis au placard, Lamy-Chappuis s'est improvisé commentateur sur Eurosport, pour les mondiaux. Une expérience qui l'a fait vibrer, sans le combler. "Il y avait ce petit manque de ne pas pouvoir vivre ces émotions avec les copains. Ensuite, j'ai fini ma formation de pilote au printemps dernier, j'ai eu tous mes diplômes, et comme il y a un petit peu d'attente pour se faire embaucher en ce moment, je me suis dit que c'était le timing parfait, que c'était un signe."

Pyeongchang dans le viseur

Mais le retour à la compétition n'a pas été de tout repos pour le triple champion du monde (2010, 2011, 2012). Ces deux dernières années sans ski de fond ont laissé des traces. "Je n'ai fait que des footings, donc j'ai perdu de la masse dans le haut du corps. Les premières séances de bâton avec les copains à monter les cols, j'étais dix minutes derrière. J'ai vraiment perdu énormément au niveau physique et c'est ce qui a été le plus dur à rattraper.

S'il est "encore trop tôt pour imaginer (s)on niveau aux Jeux", Jason Lamy-Chappuis est confiant pour les chances de médailles de l'équipe de France de combiné nordique à Pyeongchang. "On a un mix entre expérience et jeunesse. J'ai l'impression qu'il y a quelque chose à faire", conclut-il plein d'espoirs. 

Sur le même sujet

Personnels hospitaliers en maisons de retraite : la réalité du métier à l'EHPAD de Beaucourt

Près de chez vous

Les + Lus