VIDEO. Camping fermé, plages réduites : le lac de Chalain, dans le Jura, s'apprête à vivre un été particulier

Depuis quelques semaines, c'est un lac de Chalain transformé qu'ont pu voir les touristes. Pour des raisons écologiques, le niveau de l'eau n'a pas été baissé, réduisant la surface de plage, et le camping départemental a fermé ses portes. Des changements qui font réagir.

Quel été pour le lac de Chalain ? Le plan d'eau naturel le plus connu du Jura, célèbre pour ses eaux limpides, s'apprête à vivre une saison estivale particulière. Habituellement prisé des touristes français et internationaux, le site se heurte cet été à deux changements majeurs.

► À LIRE AUSSI : Jura : “qu’on ne dise pas les écolos ferment le camping du lac de Chalain, c’est une décision politique”

Tout d'abord, la fermeture totale du camping  "Le domaine de Chalain" et de ses quelques 700 emplacements, aujourd'hui tous vides. Votée par le conseil départemental, gérant des lieux, en septembre 2022, cette décision entend "rendre au lac son fonctionnement naturel toute l’année" en développant "un tourisme de proximité à la journée, en limitant les flux de séjours afin de limiter l'impact environnemental".

Conséquence, le camping historique a été transformé en une base de loisirs. Problème, ce nouvel équipement a du mal à convaincre des habitués pour beaucoup désabusés. "Je viens au domaine depuis une trentaine d'années. Ça m'a fait un choc en arrivant" confie Carole, venue de Saône-et-Loire en famille. "Il n'y a plus rien. Plus de piscine, plus d'activités, plus d'accueil. Plus de vie quoi. Je pense vraiment que je vais chercher un autre endroit".

Un constat que partage Isabelle, habitante de la commune voisine de Gendrey. "Sans camping, c'est d'un triste. Avant, on voyait du monde, des camping-cars le long de la route. Là, plus rien" s'écrie-t-elle au micro de nos journalistes Damien Lefauconnier et David Martin. "Je ne viendrai plus et j'irai au lac Léman".

La colère des touristes se transforme en crainte lorsqu'on interroge les commerçants du village de Doucier. "Ce n'est pas la joie" confesse Sylvie Guyot, gérante du Bar du Lac. "Je vais travailler trois fois moins et je vais perdre au moins 50 % de mon chiffre d'affaires. 2 000 personnes en moins, ça se ressent".

Pour nous, la fermeture du camping est grave. J'embauchais normalement 4 personnes l'été. Cette année, je n'en ai engagé qu'une. On part sur une année blanche. Maintenant, les gens qui viennent, c'est pour la journée, avec leur glacière. Ils ne consomment pas

Sylvie Guyot,

gérante du Bar du Lac, à Doucier

Autre bouleversement, cette fois-ci plus naturel : le niveau du lac. Habituellement baissé quand arrivent les beaux jours, pour créer une plage ensablée, il sera désormais stabilisé à son niveau d’étiage naturel. "On reste sur une cote de 488 m" décrit Nathalie Roux, maire de Doucier. "Alors oui, ça a des conséquences visuelles. Sur notre plage municipale, il n'y a plus que quelques mètres de sable, alors qu'avant, on en avait une dizaine. Les gens s'installent sur l'herbe maintenant".

L'eau du lac "en aucun cas polluée"

L'édile l'assure "c'est une nécessité écologique. Les poissons et les ruines présentes sous les eaux étaient en danger, car il y avait de moins en moins d'oxygène au fond de l'eau. Si on veut protéger notre beau lac de Chalain, et toujours en profiter, il faut passer par là et accepter de modifier nos pratiques". 

L'eau n'est en aucun cas polluée. C'est pour préserver la faune et la flore du site que le niveau du lac n'a pas été baissé. Aucun risque pour la baignade

Nathalie Roux, maire de Doucier

Et les baigneurs sont plutôt favorables à cette plage municipale new look. "On avait de plus en plus de personnes qui venaient sur les lieux" s'exclame Pierre-Gilles, habitué du lac depuis son enfance. "Si ça peut empêcher Chalain de devenir le nouveau Saint-Tropez, ce n'est pas plus mal. Et, puis cela a été fait par souci écologique".

"Avant, on avait presque plus la place de poser sa serviette et son transat" continue Annick, venue se baigner avec son mari. "Le fait qu'il y ait moins de sable, ça ne me gêne pas du tout. On se met sur l'herbe, c'est tout aussi bien".

Des futurs aménagements sont néanmoins prévus : "Dès la fin de l'été, on va aplanir le talus pour accéder au lac" énumère Nathalie Vaux, maire de Doucier. "On va aussi replanter de la végétation pour faire de l'ombre et construire un nouveau poste de secours. Tout en restant attentif à la situation de nos commerçants".

À noter également, la fermeture de la plage du camping La Pergola et la disparition de la plage nudiste. Le site opère donc une véritable mue. Quelles seront les conséquences véritables sur la fréquentation des lieux ? Réponse définitive dans deux mois.