"Sale bicot" : 3 ans de prison ferme pour le septuagénaire qui avait insulté et foncé sur un père de famille à Dole

Le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier a rendu son jugement ce 6 juillet dans l'affaire de l'agression raciste de Dole (Jura). En avril, un père de famille et un septuagénaire avaient eu une violente altercation. La vidéo avait choqué sur les réseaux sociaux.

L'homme de 72 ans était poursuivi pour "violences volontaires avec arme et injures racistes" après avoir foncé en voiture sur un père de famille qu'il avait traité de "sale bicot". Il a été condamné à 5 ans de prison dont 2 avec sursis, un mandat d'arrêt est prononcé. Son véhicule est confisqué, l'homme se voit également retirer pendant trois ans son permis de conduire et son port d'armes durant 15 ans. Il sera inéligible durant 5 ans. Il devra verser de multiples amendes. Une somme de 7000 euros est provisionnée dans l'attente d'une expertise médicale de la victime.

Le tribunal est donc allé bien au delà des réquisitions du procureur

Le septuagénaire n'était pas présent au rendu du délibéré, ni à son procès, il s'était fait excuser pour des raisons médicales. Il s'agit de faits "particulièrement graves", "il y a eu une volonté de toucher à son intégrité physique", avait noté alors le procureur de la République Lionel Pascal, qui avait néanmoins estimé que le retraité a été "pris à parti" par le couple. Le procureur de la République avait requis le 22 juin lors l'audience, un peine de six mois d'emprisonnement, dont deux mois avec sursis, à l'encontre du septuagénaire.

Adil Sefrioui comparaissait à la même audience pour injures, violences légères et dégradations. Il a été reconnu coupable d'injures et violences, et devra verser 600 euros d'amende dont 200 avec sursis. Mais il se dit satisfait du jugement rendu par le tribunal : "Pour moi, c'est un juste milieu, mais pour moi, c'était un homicide volontaire" a déclaré Adil Sefrioui. Pour son avocat Me Randall Schwerdorffer, ce délibéré est satisfaisant : "On est 10 fois au dessus des réquisitions, et on est dans des peines d'affaires significatives, impliquant notamment des policiers ou des gendarmes en tant que victimes". 
 

Une agression filmée et diffusée sur les réseaux sociaux

Sur la vidéo, filmée ce 21 avril par l'épouse d'Adil Sefroui et diffusée sur les réseaux sociaux, on entendait un moteur hurlant, un choc terrible et des cris de femme, et d'enfants. Le 21 avril à Dole, les époux Sefrioui sont chez eux lorsqu'ils aperçoivent un homme qui semble prendre des photos de leurs enfants dans le jardin. Suspicieux, le couple cherche à obtenir des explications. Une altercation verbale, puis physique s'ensuit.

Agression raciste à Dole : la vidéo filmée par l'épouse et mise en ligne sur les réseaux sociaux

"Approche sale bicot, (...) tiens amène-toi devant la bagnole", râle le retraité avant de remonter dans sa voiture, de démarrer et de partir.


Mais la voiture avait fait demi-tour pour foncer sur le père de famille, qui a bénéficié d'une interruption temporaire de travail (ITT) de 30 jours.  "La colère m'a pris, j'ai fait demi-tour. Je voulais lui faire peur. Sous le coup de la colère, on fait des bêtises", avait expliqué le retraité devant les policiers, affirmant avoir perdu le contrôle du véhicule. Les avocats de la défense auraient souhaité une requalification en "tentative d'homicide".

Lors du procès, la Licra, SOS racisme et la Coordination contre le racisme et l'islamophobie s'étaient portés parties civiles. Ces associations se verront verser 1500 euros chacune. Le prévenu et ses avocats, comme le ministère public ont 10 jours pour faire appel du jugement du tribunal correctionnel.
 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société