"On va perdre les cerfs" : photographe, il organise une manifestation "contre le massacre de 556 grands cervidés" dans le Jura

Photographe et défenseur de la nature, Olivier Trible organise le 25 novembre 2023 une manifestation à Dole dans le Jura, pour protester contre "le massacre" des cerfs en Forêt de Chaux. Il proteste contre les quotas de chasse attribués au territoire.

"Halte au massacre". C'est le message qu'Olivier Trible veut porter, aux côtés du collectif de défense des cervidés en forêt de Chaux . Ce photographe du Jura organise le samedi 25 novembre prochain, une manifestation à 14h30 à Dole, pour protester contre le quota de chasse des cerfs dans la Forêt de Chaux. Dans cette forêt, la deuxième plus grande de feuillus en France, 556 individus pourraient être prélevés d'ici à février. "On va perdre les cerfs en forêt de Chaux" se désole le photographe.

"On veut mettre la pression sur les chasseurs pour leur dire 'C'est vous qui avez la balle dans la culasse" explique Olivier Trible. Selon le photographe, ce quota de 556 cerfs, qui suscite la polémique, n'est pas du goût de tous les chasseurs. "Les chasseurs, en forêt de Chaux, la plupart sont contre la fédération" affirme-t-il. "L'ONF (Office National des Forêts) les menace, et ils se disent  'si on ne fait pas les quotas, on va perdre le lot' ".

Car pour le défendeur des cerfs, si c'est la préfecture qui publie les quotas de chasse, le responsable de cette politique n'est pas un mystère : "l'ONF va dire 'le cerf empêche la régénérescence de la forêt, mais c'est faux" dénonce Olivier Trible "ils ne cherchent pas à cohabiter avec le cerf, ils veulent juste l'éliminer". Les quotas de chasse dans la forêt de Chaux font débat depuis plusieurs années. En 2022-2023, 392 prélèvements avaient été autorisés. ONF et défenseurs des cerfs s'opposent sur le dossier.

"Il n'y a plus de cerfs dans certains secteurs"

"Ce que l’on constate depuis de nombreuses années, c’est une population en hausse. La population de cerfs se porte trop bien au point qu’on arrive plus à rajeunir notre forêt" avait déclaré Florent Dubosclard, directeur départemental de l’ONF dans le Jura, au micro de notre journaliste Dominique Malige, en septembre dernier.

Au contraire, pour Olivier Trible, les cerfs sont menacés : "les acteurs de la forêt, que ce soit les chasseurs ou les chercheurs de bois, se rendent comptent qu'il n'y a plus de cerfs dans certains secteurs". Il affirme que les comptages de l'ONF ne sont pas justes : "elle va toujours aux mêmes endroits, là où il reste des cerfs" dénonce-t-il. "Un cerf, c'est grégaire. Ils se regroupent".

Pour Olivier Trible, la période du brame, le cri que les cerfs poussent pour attirer l'attention des femelles pendant la saison des amours, de septembre à mi-octobre, a révélé cette année une baisse de la population : "tous les photographes qui sont venus au moment du brame l'ont constaté, à part une ou deux exceptions, tout le monde dit : 'on ne reviendra pas l'année prochaine parce qu'il n'y a plus rien, c'est triste' ".

Un ami photographe a emmené pour la première fois son fils au brame, et ils n'ont rien entendu, mais par contre la chasse avait commencé et ils ont vu quatre cerfs morts. Il a dit 'c'était écœurant'

Olivier Trible, photographe dans le Jura

C'est d'ailleurs ce constat qui l'a poussé à organiser la manifestation du 25 novembre : "cette année, j'ai été 15 jours dans la Forêt de Chaux, j'ai pu faire des photos pendant un jour et demi…" raconte-t-il. "Les cerfs arrivent sur leur place de brame, ils brament et ils partent parce qu'i n'y a plus de biches". "J'ai publié une photo, quand je l'ai prise, je me suis dit : c'est la dernière fois que je vois un cerf en Forêt de Chaux". Un électrochoc.

Deux autres manifestations, dans les forêts de Mormal (Nord) et de Compiègne (Oise), où la même problématique divise, sont organisées au même moment. Une pétition est également disponible.

L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité