Covid-19 : "Les fêtes ont eu un impact fort" se désole le préfet du Jura, deuxième département le plus touché de France

David Philot, préfet du Jura, deuxième département le plus touché par la deuxième vague liée au Covid-19, a dressé un point sur la situation de son territoire ce vendredi 8 janvier. Elle reste très difficile. Détails. 

Les fêtes ont eu un impact sur la circulation du virus dans le Jura, selon le préfet. Photo d'illustration.
Les fêtes ont eu un impact sur la circulation du virus dans le Jura, selon le préfet. Photo d'illustration. © Alexandre MARCHI/MaxPPP

Juste avant les fêtes de fin d'années, le préfet du Jura David Philot avait tiré fort sur la sonnette d'alarme concernant la situation sanitaire de ce département très touché par la deuxième vague liée au Covid-19. "On repart sur une vague énorme. On n'a pas fini la deuxième vague qu’on voit déjà arriver la troisième" précisait alors Didier Pier-Florentin, délégué ARS du Jura. 

Qu'en est-il désormais de la situation dans le Jura ? "Les fêtes de fin d’années ont eu un impact fort sur une reprise épidémique réelle dans le Jura. Le nombre de patients positifs a augmenté de près de 50% sur la première semaine de janvier par rapport à la semaine précédente" a débuté d'emblée le préfet du Jura, David Philot. Les regroupements familiaux ont donc, selon les autorités, eu un fort impact sur la propagation du virus dans ce territoire plutôt rural. 

"L'évolution de l'épidémie dépend de nous", martèle David Philot.
"L'évolution de l'épidémie dépend de nous", martèle David Philot. © PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP Philippe Trias

"Il ne faut rien lâcher, toujours pas"

"Malheureusement, les fêtes ont joué le rôle qu’on redoutait, celui d’accélérateur avec une reprise épidémique qui se produit" explique-t-il, tout en précisant : "On est en navré... Il ne faut rien lâcher, toujours pas."

Actuellement, la situation hospitalière "reste sous très forte tension". 279 personnes sont actuellement hospitalisés à cause du coronavirus, dans les hôpitaux jurassiens, selon le dernier bilan du préfet. Les autorités craignent que l'accès au vaccin pour une partie de la population n'entraîne un relâchement généralisé concernant les gestes barrières et la maîtrise de nos contacts sociaux.

Le pire des scénarios, qui nous conduirait à la catastrophe sanitaire dans ce département, c’est le relâchement de la population sous prétexte que la vaccination se déploie.

David Philot, préfet du Jura

Six centres de vaccination vont être accessibles dans les jours qui viennent dans le Jura. Celui implanté à Juraparc Lons-le-Saunier a ouvert ce vendredi matin tout comme celui de Champagnole. A Dole, un centre de vaccination est également ouvert. Un autre doit ouvrir à Saint-Claude en début de semaine prochaine, suivi par Les Rousses et Morez. "Nous souhaitons néanmoins aller plus loin" explique le préfet qui souhaite atteindre 15 centres dans le Jura. 

Vaccination dans un EHPAD du Jura.
Vaccination dans un EHPAD du Jura. © Philippe TRIAS/MaxPPP

"Chaque centre aura un médecin coordinateur, des infirmières et infirmiers pour assurer la vaccination. Nous sommes en train de monter les équipes" détaille le préfet, avec l'intention affichée de mettre en place des centres de vaccination mobile pour favoriser l'accessibilité au vaccin.

Selon la préfecture du Jura, pour l'instant, aucun effet secondaire n'a été noté sur les patients ayant reçu les premières doses de vaccin.

Il faut qu'on maîtrise davantage notre diffusion du virus, et vraiment, maintenant qu'on mette un coup d'arrêt. On est sur une pente très inquiétante.

David Philot, préfet du Jura

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société