INTERVIEW. Biathlon, Championnats du monde : "Je ne m'attendais pas à une saison comme celle-ci", Quentin Fillon Maillet se confie

Quentin Fillon Maillet, le natif de Saint-Laurent-en-Grandvaux (Jura), a répondu aux questions des journalistes avant les Championnats du monde d'Oberhof, en Allemagne, début février. Sans langue de bois, il fait le point sur sa première partie de saison.

Quentin Fillon est actuellement 4e du classement général de la Coupe du Monde de biathlon 2022-2023. Si son rang est loin d'être catastrophique, les performances du Jurassien ne sont pas à la hauteur de ses attentes. La forme sur les skis s'améliore mais on est loin des prouesses de l'intouchable Norvégien Johannes Boe. Quant au tir, des difficultés persistent.

Après une première partie de saison en demi-teinte, le quintuple médaillé des Jeux de Pékin 2022 se confie sur ses ressentis et ses objectifs en amont des Championnats du monde prévus à Oberhof, en Allemagne, du mercredi 8 février au dimanche 19 février. 

Est-ce que vous vous attendiez à une saison si particulière après vos magnifiques Jeux Olympiques 2022 ? 

Quentin Fillon Maillet : Non, je ne m'attendais pas à une saison comme celle-ci. Je ne m'attendais pas à quoi que ce soit. J'aurais bien aimé continuer sur la dynamique de la saison passée. J'étais parti là-dessus, en me disant, "J'ai toujours la motivation, j'ai envie, je pars sur un nouveau chapitre de ma carrière". Globalement, je n'avais pas envie de rentrer dans un post-olympique un peu compliqué. Et globalement, c'est quand même compliqué. Je vois assez peu d'athlètes qui arrivent à surmonter le truc sans aucun souci, même Martin [Fourcade], ses années post-olympiques ont été plutôt compliquées. C'est sûr que ce n'est pas facile à gérer. Je m'en doutais un peu, mais j'aurais vraiment adoré faire les choses différemment.

Après, c'est sans regret car je suis hyper satisfait de ce qu'il s'est passé la saison passée. Les échecs de cette première moitié de saison me font beaucoup apprendre pour la suite. Ca m'a fait prendre conscience aussi de l'impact que peuvent avoir les sollicitations médias, et le statut que j'avais sur le moment. Ca m'a permis de grandir, de gérer au mieux les JO, même s'il y a eu aussi des erreurs. Je continue encore à apprendre de cette saison.

J'apprends beaucoup plus dans l'échec que dans la victoire. Cette année, tout devient un peu plus difficile. Mais ça me donne beaucoup d'idées pour la suite de la préparation et d'être encore meilleur et d'aller chercher Johannes sur les skis. Je pense en être capable. 

Quentin Fillon Maillet, biathlète jurassien

Que se passe-t-il sur le tir ?

J'ai été plutôt content de mon tir couché sur le début de saison, et déçu de mon tir debout. Mon tir debout qui est ma grosse qualité, je n'ai pas encore réussi à trop m'en servir jusqu'à maintenant. Après sur fin janvier, c'est clair que ça a été le couché qui m'a un peu mis des bâtons dans les roues. Si on regarde les statistiques sur le couché, je suis à peu près comme l'an dernier. Et si on regarde le debout j'étais à 91% l'an passé et maintenant à 88 ou 87%. J'aimerais beaucoup faire remonter cette moyenne, pour ne pas avoir perdu sur tous les points. 

Est-ce que Johannes Boe, si loin devant, vous terrifie ou est-il jouable ?

Aujourd'hui, il terrifie un peu. C'est clair que son niveau de ski est au-dessus des autres. Donc s'il ne fait pas d'erreur sur le pas de tir, il est devant. Après, j'essaie de ne pas me focaliser là-dessus. On fait du biathlon et l'erreur est humaine. Aujourd'hui, je n'ai pas perdu que face à Johannes, j'ai aussi perdu face à Lægreid, une bonne partie du temps et d'autres Christiansen et d'autres athlètes. Si je me focalise que sur un athlète c'est une grosse erreur. Je vais essayer d'être déjà très bon moi-même, être bon sur les skis et faire le 100% au tir, c'est mon premier objectif avant de vouloir espérer une médaille. 

Aujourd'hui j'ai des points techniques à appliquer sur le tir, sur le ski, pour être le plus performant possible. Il faut que j'arrive à ces Championnats du monde avec une grosse faim. 

Est-ce qu'une ou plusieurs médailles aux Mondiaux sauveraient votre saison, où elle restera en demi-teinte ?

Elle restera toujours en demi-teinte, parce que mes deux gros objectifs qui étaient les Championnats du monde et le globe de cristal, ben il y en a une moitié qui s'efface peu à peu. Même si je ne lâche pas l'affaire, je ne vois pas comment je pourrais me sortir de cette situation. Je veux donner mon meilleur, et si je réussis la deuxième partie de saison, je pourrai m'en satisfaire. Et je pourrai m'en satisfaire aussi si j'arrive à comprendre ce qu'il s'est passé, pour optimiser les trois prochaines années jusqu'aux JO de Cortina [en Italie]. Je n'aurai jamais de réponses claires sur tout ça, mais j'ai des bonnes pistes pour l'avenir. 

Quelle est l'ambiance au sein de l'Équipe de France ?

L'ambiance est très bonne. Après, c'est clair que la dynamique n'est pas aussi bonne que l'année passée. On a du mal de faire des podiums et performer. Pas en relais, mais de façon individuelle, on n'a pas la forme forcément escomptée. On manque d'opportunités sur le pas de tir et ça nous pénalise beaucoup pour qu'on mette un Français régulièrement sur le podium. En tout cas, les performances moins bonnes de l'Équipe de France n'ont pas d'incidence sur la vie du groupe. On vit très bien ensemble et on essaie de trouver des solutions collectivement. 

Quel est votre objectif sur les Mondiaux ?

Ce qui me manque cette année, c'est une victoire et si elle est sur les Championnats du monde, c'est encore mieux. C'est mon objectif, d'aller chercher ce titre individuel et un 3e et 4e titre en relais. J'ai beaucoup d'envie, mais il faut que j'en aie encore plus pour être 'mort de faim' au début de ses mondiaux, comme j'ai pu l'être au moment des Jeux Olympiques. En plus, les JO étaient globalement plus compliqués que les Mondiaux d'Oberhof. C'est presque plus facile que les JO. Il faut que j'arrive à les aborder avec beaucoup d'envie, et de la confiance.

----

Quentin Fillon Maillet prend la route pour l'Autriche avec le reste de l'Équipe de France, pour un stage de préparation avant de rejoindre l'Allemagne.

Calendrier des Championnats du monde

Les championnats du monde de biathlon ont lieu tous les ans, sauf les années olympiques, et sacrent les champions du monde sur une seule course. 

Mercredi 8 février - Relais mixte : à 14h45
Vendredi 10 février - Sprint Dames : à 14h30
Samedi 11 février - Sprint Messieurs : à 14h30
Dimanche 12 février - Poursuite Dames : à 13h25 - Poursuite Messieurs : à 15h30
Mardi 14 février - Individuel Messieurs : à 14h30
Mercredi 15 février - Individuel Dames : à 14h30
Jeudi 16 février - Relais mixte simple : à 15h10
Samedi 18 février - Relais Messieurs : à 11h45 - Relais Dames : à 15h
Dimanche 19 février - Mass start Messieurs : à 12h30 - Mass start Dames : à 15h15