Jura : des bornes de téléconsultation en pharmacie pour pallier (en partie) le manque de médecins

Depuis le 15 décembre 2022, la pharmacie de Bois d'Amont dans le Haut-Jura a adopté une borne pour permettre en moyenne à trois patients par jour de discuter avec un médecin généraliste. La liste éventuelle des médicaments à donner est transmise et traitée immédiatement. Une bonne alternative notamment pour les infections ORL et les renouvellements d'ordonnance.

Depuis que la médecin de Bois d'Amont est partie pour avoir refusé de se faire vacciner contre le Covid, la patientèle de près de 2000 habitants de ce secteur du massif du Jura se trouve sans généraliste à plein temps. Une situation compliquée à laquelle le pharmacien a voulu apporter des solutions. 

"J'ai déjà fait beaucoup de tests Covid, sans doute plus que les autres, je vaccine aussi plus, alors c'est un nouveau service à rendre à mes clients, explique Gilles Moret es Jean, le pharmacien de Bois d'Amont. Et puis cela donne une image dynamique de la pharmacie."

Il a placé la borne de téléconsultation dans la pièce dite de confidentialité où il effectue déjà les tests ou les prises de mesures. Le patient a à sa disposition six outils pour donner des informations précises au médecin en visio : stéthoscope, otoscope, tensiomètre...Sur l'appareil sont indiqués les symptômes pour lesquels la téléconsultation est indiquée. Principalement des affections ORL et dermatologiques, et troubles digestifs. 

"Parfois il faut que j'accompagne un peu le patient, comme cet otoscope que j'ai aidé à placer correctement dans l'oreille d'un enfant avec son père, mais sinon, c'est assez accessible, détaille Gilles Moret es Jean. Cela dépanne vraiment pour les infections ORL et pour les renouvellements d'ordonnance, surtout pour les gens de passage."

Les médecins sont à 95% basés à Paris. Le patient attend dans une salle d'attente virtuelle avant d'être pris en charge. Il reçoit un SMS 10 minutes avant, ce qui permet d'aller faire autre chose en attendant que le praticien se libère. En cette période de triple épidémie, les durées d'attente se sont rallongées. Aussi le pharmacien invite les malades à l'appeler avant pour évaluer au mieux ce délai, et bloquer le créneau avant même qu'ils arrivent. 

La borne est louée 160 euros par mois par le pharmacien, avec l'aide, au moins cette première année, de la sécurité sociale. "Mais je la garderai au-delà, je pense, se projette Gilles Moret es Jean. Le but n'est pas la rentabilité, mais bien de rendre service au territoire." D'autres pharmacies du Jura se sont aussi équipées : Nozeroy, Longchaumois, Saint-Lupicin, Lavans-lès-Saint-Claude, Morez, etc. Le site du prestataire Medadom les recense par région.