Morez, Jura : "Je fais partie des victimes d'agressions sexuelles commises sur mineur dans l'Eglise catholique" dénonce le curé Patrick Gorce

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sarah Rebouh avec AFP
Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Pixabay

Patrick Gorce, curé-doyen dans la commune de Morez dans le Jura, a annoncé avoir été victime d'agressions sexuelles dans l'Eglise catholique, lorsqu'il était mineur. Il démissionne. Détails.

"Je fais partie des victimes d'agressions sexuelles commises sur mineur dans l'Eglise catholique", a écrit Patrick Gorce, curé-doyen de Morez dans le Jura, ce 2 décembre dans un communiqué. Le prêtre âgé de 41 ans révèle avoir été victime d'agressions sexuelles dans sa jeunesse "dans l'Eglise catholique". Il a choisi de démissionner.

"Cette réalité a rejailli en moi il y a presque deux ans" et "m'empêche aujourd'hui de continuer à exercer convenablement mon ministère", poursuit-il.

Ce dernier n'a pas souhaité répondre aux questions des journalistes pour l'instant. Il invite ses paroissiens à une "messe d'au revoir" le 2 janvier. 

"Un visage à cette terrible réalité"

Le "témoignage" de Patrick Gorce "nous bouleverse. Il vient donner un visage à cette terrible réalité", a réagi Mgr Jean-Luc Garin, évêque du diocèse de Saint-Claude dans le Jura, qui a remercié le père Gorce "pour son courage".

Mgr Garin a "adressé un signalement au procureur de la République".

L'annonce de cette démission survient deux mois après la publication du rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise (Ciase). Ce rapport a causé une onde de choc dans l'institution en estimant à 330.000 le nombre de personnes ayant fait l'objet de violences sexuelles depuis 1950, quand elles étaient mineures, de la part de clercs, de religieux ou de personnes en lien avec l'Eglise.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.