Pourquoi Nordahl Lelandais, le meurtrier de Maëlys, passe-t-il de nouveau devant la justice ?

Déjà condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour l'enlèvement et le meurtre de Maëlys, qui vivait à Mignovillard dans le Haut-Jura, Nordahl Lelandais est jugé à partir de ce lundi 27 novembre pour agression sexuelle sur sa petite-cousine.

Il passe de nouveau devant la justice.

Nordahl Lelandais a déjà condamné en février 2022 à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 22 ans, pour l'enlèvement et le meurtre de Maëlys, 8 ans. La fillette habitait à l'époque à Mignovillard, dans le Haut-Jura, avec ses parents. Les faits s'étaient déroulés lors d'une soirée de mariage à Pont-de-Beauvoisin dans l'Isère.

Cette fois, l'ancien maître-chien, âgé de 40 ans, est jugé à partir de ce lundi 27 novembre 2023 par le tribunal correctionnel de Charleville-Mézières, dans le département des Ardennes. Nordahl Lelandais est poursuivi pour "agression sexuelle imposée à une mineure de moins de 15 ans" et "menace ou acte d'intimidation pour déterminer une victime à ne pas porter plainte."

Les faits jugés remontent au 16 mars 2017. La victime, petite-cousine de Nordahl Lelandais, avait alors 14 ans. L'adolescente affirme avoir subi des attouchements, puis le prévenu aurait menacé de la tuer si elle le dénonçait. Nordahl Lelandais nie l'intégralité des accusations dont il est l'objet, pointant une "vengeance familiale".

La jeune fille a porté plainte en 2019 et Nordahl Lelandais a été mis en examen le 27 février 2020. 

Des penchants pédophiles

Lors de son procès pour le meurtre de Maëlys en février 2022, Lelandais avait également été jugé pour des agressions sexuelles sur deux petites-cousines, âgées de 4 et 6 ans, au cours de l'été 2017.  Il avait filmé ces attouchements avec son téléphone portable, pendant que les fillettes dormaient. L'ancien militaire avait reconnu les faits. À la barre, Lelandais avait admis avoir des penchants "pédophiles".

Nordahl Lelandais a aussi été condamné dans une autre affaire, le meurtre du caporal Arthur Noyer qu'il avait pris en stop à Chambéry en avril 2017. La cour d'assises de Savoie l'a condamné dans cette affaire à vingt ans de prison.

Lelandais n'a pas fait appel de ces condamnations.