Cet article date de plus de 8 ans

Les habitants ont dit "non" à la prison du coeur

Hier dimanche, les habitants du village jurassien se sont prononcés à majorité contre le projet de la prison du coeur.
© France 3 Franche-Comté / Jean-Marie Baverel.
video title

video title

Les habitants de St Julien sur Suran consultés

Les 460 habitants de la petite commune de ST Julien-sur-Duran dans le Jura étaient appelés à se prononcer aujourd'hui sur un projet d'implantation d'une prison du coeur. Les avis étaient partagés.

Voilà une histoire qui divise en deux Saint-Julien-sur-Suran, une commune de 460 habitants.

Monsieur le Maire voudrait installer sur la commune de Saint-Julian-sur-Suran une prison d'un nouveau genre, où les détenus, primo-délinquants, seraient en semi-liberté et pourraient travailler au sein de cette prison du coeur. Problème : plus de la moitié des administrés ont voté contre le projet hier dimanche.

Sur 312 inscrits sur les listes électorales, 251 personnes se sont déplacées pour s'exprimer sur l'avenir de ce projet. Une participation record, qui prouve que la prison du coeur fait débat.

Résultat à l'issue du dépouillement : 134 personnes ont voté "non" et 114 "oui". Un écart de seulement 20 voix donc, dans le petit village jurassien.

Cette consultation des habitants a été réalisée à titre indicatif. Le fait que plus de la moitié des votants ait choisi le "non" n'enterre donc pas le projet.

Hélène Pelissard, conseillère générale du Jura, a même précisé à l'issue du vote qu'elle "continuerait de se battre pour que la prison voit le jour" ; une phrase qui lui a valu d'être prise à partie par les habitants "contre" qui fêtaient hier soir leur victoire.

Pour mémoire, le projet de "Prison du coeur" a été conçu par l'homme d'affaires Pierre Botton. Cette prison devrait accueillir 120 détenus condamnés pour la première fois à des peines de moins de 5 ans de réclusion. Le montant du projet est estimé à 10 millions d'euros.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi